Les Français évoquent le passage de Caffarelli

13 juin 1753, Versailles – La semaine dernière, Mme la Dauphine entendit chanter un Italien qui paroît avoir une grande réputation. Il est attaché au roi des Deux-Siciles ; il s’appelle Cafarelli ; il paroît avoir trente-cinq ou quarante ans ; il chante de fort bonne grâce, a une voix douce et étendue. Les amateurs de la musique françoise ont peine à s’accoutumer au goût de la musique italienne. Je n’ai point entendu Farinelli, ceux qui l’ont entendu le disent fort au-dessus de Cafarelli.

(Mémoires du duc de Luynes, tome XII, p. 471)

Marie-Josèphe de Saxe (1731-1767), dauphine de France – peinte par Jean-Marc Nattier (1751)

« On exécuta le 13 [octobre], à Versailles, chez Madame la Dauphine, l’Opéra Italien intitulé Didon abandonnée, dont la musique est de M. Hasse, Maître de Musique du Roi de Pologne, électeur de Saxe. Les principaux rôles furent chantés par MM. Cafarieli, Guadagni, Champalante et Albanese. M. Guadani arrive d’Angleterre. Sa grande exécution et la beauté de sa voix lui ont acquis beaucoup de réputation. »

(Mercure de France, nov. 1753, p. 193)

Le castrat Gaetano Guadagni (1728-1792), originaire de Lombardie, est alors installé à Londres depuis 1748 (il y restera jusqu’à 1755), chantant notamment dans les oratorios de Handel. Son passage en France se prolonge au moins jusqu’au mois d’avril 1754, puisqu’il chantera au Concert spirituel en compagnie d’Albanese (cf. notre billet sur le Stabat Mater de Pergolèse). En 1762, c’est lui qui créera le rôle d’Orphée dans l’opéra de Gluck Orfeo ed Euridice à Vienne. Champalante [Vincent Marie Romulus Ciampalanti] (1728-1760) et [Antonio] Albanese (1728-1803) appartiennent quant à eux à la chapelle du roi.

« Le 17 & le 19 [octobre] il y eut concert à Versailles chez Madame la Dauphine. Les sieurs Cafarieli & Guadagni y chanterent plusieurs Ariettes italiennes. »

(Mercure de France, déc. 1753, p. 188)
Appartement de la Dauphine – Château de Versailles

Charles Duclos (1704-1772), dans son Voyage en Italie, évoque lui aussi Caffarelli et son passage en France :

« La manière dont on traite les plus distingués de ces castrats doit aussi leur tourner la tête. La seconde dauphine ayant le goût de la musique italienne, on fit venir à Versailles Cafarielli, à qui l’on entretint pendant son séjour un carrosse et une table de six couverts, traitement exactement pareil à celui du confesseur du roi. Il ne chanta qu’une fois en public : ce fut un oratorio, dans la chapelle du Louvre, le jour de la St. Louis, en présence de l’académie françoise, et son paiement fut une bourse de cent jetons. Sa fatuité, en fait de bonnes fortunes, étoit chose curieuse. On ne pouvoit s’empêcher de rire du contraste de ses prétentions et de son état, qui pourtant n’étoit pas méprisé par certaines femmes. Une observation à faire par un philosophe, est que de la multitude de ces castrats, voués et livrés uniquement à la musique dès l’enfance, il n’en sort point de bons compositeurs. On en doit inférer que ce dont on les prive a de grandes influences sur les facultés de l’ame. »

Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie / par feu M. Duclos, historiographe de France, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, &c. à Paris, chez Buisson, 1791 (p. 230-231).

On retrouve Caffarelli mis en scène dans la première satire de Diderot :

« Y étiez-vous lorsque le castrat Caffarelli nous jetait dans un ravissement que ni ta véhémence, Démosthène ! ni ton harmonie, Cicéron ! ni l’élévation de ton génie, ô Corneille ! ni ta douceur, Racine ! ne nous firent jamais éprouver ? Non, mon ami, vous n’y étiez pas. Combien de temps et de plaisirs nous avons perdu sans nous connaître !… Caffarelli a chanté ; nous restons stupéfaits d’admiration. Je m’adresse au célèbre naturaliste Daubenton, avec lequel je partageais un sofa. « Eh bien ! docteur, qu’en dites-vous ?
— Il a les jambes grêles, les genoux ronds, les cuisses grosses, les hanches larges ; c’est qu’un être privé des organes qui caractérisent son sexe, affecte la conformation du sexe opposé…
— Mais cette musique angélique !…
— Pas un poil de barbe au menton…
— Ce goût exquis, ce sublime pathétique, cette voix !
— C’est une voix de femme.
— C’est la voix la plus belle, la plus égale, la plus flexible, la plus juste, la plus touchante !… » Tandis que le virtuose nous faisait fondre en larmes, Daubenton l’examinait en naturaliste.

Diderot, Satire première

Sources

Diderot, Satire première

Duclos, Charles, Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie / par feu M. Duclos, historiographe de France, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, &c. à Paris, chez Buisson, 1791

Le Mercure de France

Mémoires du duc de Luynes

Caffarelli à Paris, Versailles, etc. : une note très salée pour le roi de France !

Gaetano Majorano, dit Caffarelli, est né à Bitonto près de Bari (royaume de Naples), le 12 avril 1710. Il étudie la musique à Naples auprès de Porpora qui, selon la légende, lui aurait déclaré : « Vattene, figliuol mio. Io non ho altro da insegnarti. Tu sei il primo cantante dell’Italie e del mondo. » (Va, mon fils : je n’ai plus rien à t’apprendre. Tu es le plus grand chanteur d’Europe.) Mais l’anecdote est parfois rapportée comme s’adressant à un autre célèbre élève de Porpora, Farinelli …

Selon Charles Burney, « Porpora, who hated him for his insolence, used to say, that he was the greatest singer Italy had ever produced » (Porpora, qui le détestait pour son insolence, avait pour habitude de dire qu’il était le plus grand chanteur que l’Italie ait jamais engendré). [A General History of Music. From the Earliest Ages to the Present Period, 1789, vol. IV, p. 419.]

Caffarelli fait ses débuts à Rome en 1726, avant de chanter sur les plus grandes scènes d’Italie et d’Europe.

Le compositeur napolitain Nicola Porpora (1686-1768)

Le Biographical Dictionary of Actors, Actresses, Musicians, Dancers, Managers and other stage personnel in London, 1660-1800 (vol. 3 : Cabanel to Corey) prétend que Caffarelli se trouve à Paris en 1750 et qu’il s’y produit en concert sur invitation de la Dauphine. Cette date fournie par François-Joseph Fétis dans sa Biographie universelle des musiciens (2e édition, article “Majorano”) est toutefois erronée. Caffarelli serait à nouveau présent en France en octobre 1752 et aurait chanté devant le roi à Fontainebleau. Mais nous n’avons trouvé nulle mention de sa présence.

En revanche, nous savons qu’il est effectivement appelé à Paris en 1753. Louis XV, désirant amuser sa belle-fille, Madame la Dauphine, pendant les derniers mois de sa grossesse, fit convier Caffarelli par son ambassadeur à Naples, le comte d’Hossun. Le chanteur accepta l’invitation en échange d’un premier paiement de 800 ducats napolitains, dont il donna quittance, le 7 avril 1753 :


Quittances du 7 avril et du 20 août 1753 concernant les 800 ducats napolitains
Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Traduction extraite de l’article de Prod’homme : « L’Excellentissime Seigneur Ambassadeur de France m’ayant fait connaître de la part de sa Cour qu’il me faisait l’honneur de me désirer ; je promets de partir et me mettre en route, et en considération des frais de mon voyage, Son Excellence a bien voulu anticiper [le paiement] de la somme de huit cents Ducats Napolitains que je reconnais avoir reçus du dit Sr Ambassadeur. Naples, le 7 avril 1753. Gaetano Majorano Caffarelli. »

Le 17 mai, Caffarelli s’installe à Paris : Lévêque, garde général des Menus Plaisirs, lui a retenu un appartement à l’hôtel de Chateauvieux, rue Saint-André-des-Arts (dont le loyer mensuel atteint les 60 livres), assorti d’une remise pour sa chaise à porteur (36 livres supplémentaires). Mais Caffarelli ne juge pas le logement à son goût et déménage quatre jours plus tard sur la rive droite, à l’hôtel de Bretagne, rue et Croix des Petits-Champs, dans le quartier du Palais royal. Le nouvel appartement garni, composé d’une antichambre, d’une salle de compagnie, d’une chambre à coucher et de deux garde-robes, est loué pour les six prochains mois, à raison de 200 livres mensuelles. Caffarelli se voit en outre attribuer les services d’un domestique (30 sols par jour) et prêter un clavecin, accordé par Belot : « pour avoir employé et ensoyé à neuf et fourny environ cent cordes de différents numéro, attendu l’extreme Elevation du ton Italien, qui est fort au dessus du ton de la Chapelle de Sa Majesté, ce qui luy a occasionné huit jours de travail. 50 livres » Simultanément, on lui prépare un autre appartement à Versailles (100 livres mensuelles), également loué pour six mois. À quoi s’ajoute de nombreuses autres dépenses : frais de bouche, de tailleur, de monture, etc.

Caffarelli n’entend d’ailleurs rien débourser de sa poche et tient soigneusement ses comptes, comme en témoigne notamment ce billet rédigé de sa main :

Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Monseigneur le Maréchal de Richelieu et Mr de Curis engagèrent également un musicien pour accompagner au clavecin les différentes performances de Caffarelli : Adam Scola.

« Memoria » pour le musicien Adam Scola
Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

TRANSCRIPTION (à l’identique) :

« Adam Scola par ordre de Monseigneur le Maréchal de Richelieu, et de Mr de Curys à quitté toutes ses affaires, et ses Eccoliers (sic) à Paris pour suivre à Versailles, et accompagner par tout Mr Caffarelli jouant du clavecin toutes les fois que Mr Caffarelli à (sic) chanté, soit chez Madame la Dauphine, soit ailleurs par son ordre, et de celuy de Monseigneur le Maréchal de Richelieu, il à joué à tous les concerts, intermèdes, petit operas qui ont été exécutés chez Madame la Dauphine par Mr Caffarelli, Guadagni et Albanese, et ce service qu’il à fait à duré tout le tems que Mr Caffarelli à resté en France, c’est-à-dire depuis le 20 de may jusqu’au 31. Octobre de cette année 1753 ce qui fait cent soixente quatre jours à une pistole par jour……2640 livres

Le 20. juillet : Pour avoir copié et fourni papiers pour 29 airs, et un duo avec toutes les parties pour Madame la Dauphine

Le 27. 7bre Et pour avoir aussi copié un intermède entier intitulé Marcantonio, e Pimpirella de Mr Hasse, et toutes les parties doubles et copié deux livres des paroles pour le [page suivante] service de Monsieur, et de Madame la Dauphine, et pour avoir copié, et fourni pour la dite copie des novelles parties d’un Oratorio di Mr Hasse intitulé I Pellegrini al Sepolcro, et avoir transporté les dites parties, avoir fait un air pour l’Opera de Didon, et arrangé l’Opera de la Clemence de Titus, et d’autres petits airs de Mr Caffarelli pour Madame la Dauphine…. 420 livres

En tout 2050 livres

Adam Scola à recu 25. Louis de gratification pour avoir joué devant sa Majesté à Belle Vue

Il à recu à compte de ce que cy dessus 4. Louis de Mr L’Eveque à Fontainebleau. »

Caricature de Caffarelli par Anton Maria Zanetti (entre 1730 et 1750)
« Il celebre Caffariello qui cantava à S. Giov. Crisostomo; e porta via il teatro i poi che finita la sua aria, si votava affatto » (Le célèbre Caffarelli qui chanta au [théâtre de Venise] San Giovanni Grisostomo et emporte le théâtre avec lui, car après avoir terminé son aria, le théâtre s’est rapidement vidé.)

En témoignage de sa satisfaction, Louis XV offrit à Caffarelli un cadeau somptueux, une boîte en or d’une valeur de 3000 livres (!). Et si l’on en croit le duc de Luynes, Caffarelli en aurait reçu plus d’une…

Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

TRANSCRIPTION

[Doc 1] Boeste d’or fournie par Mad. Ravechet de valeur de 3000 lt pour M. Le Mal de Richelieu

[Doc 2] N[ote] pour 1753. / Employer dans l’état des bijoux une boeste [boîte] d’or emailée. donnée par le roy a M Le mareschal de Richelieu fournie par Raveschet, prix fait par M Le Maal a 3000 lt.

[Doc 3] J’ai trouvé monsieur chez la veuve Ravechet une tabatière pour remplacer celle que j’ai doné pour le roy a Cafarello ainsi vous donere vint cinque louis ou mille écus à quoi j’ai fixé le prix […] À Paris ce 25 mai 1755

6 juillet 1753, Versailles – J’ai déjà parlé de Caffarelli ; le Roi ne l’avoit point encore entendu. Au dernier voyage de Bellevue, il chanta deux airs devant le roi ; il parut qu’on en étoit content ; on lui a fait présent de tabatières d’or en différentes occasions, et outre cela le Roi lui donne 75 livres à dépenser par jour. Lorsqu’il vient ici [Versailles], il loge dans une maison que l’on a louée pour lui ; il a un carrosse du Roi à deux chevaux, une table de sept à huit couverts et deux domestiques avec la livrée du Roi.

(Mémoires du duc de Luynes, tome XIII, p. 10)

Cadeau que Caffarelli, habitué à être gâté, jugea parfaitement insuffisant. Castil-Blaze rapporte l’anecdote suivante :

« Louis XV lui fit remettre une boîte d’or superbe, – Quoi, dit le virtuose, le roi de France m’envoie cette boîte ? En voilà trente dont la moindre vaut mieux que celle-là : si du moins elle était ornée du portrait de Sa Majesté. – Monsieur, le roi de France ne donne son portrait qu’aux ambassadeurs, répondit l’émissaire. – Qu’aux ambassadeurs ? eh bien ! le roi n’a qu’à le faire chanter.
Louis XV, à qui l’on rapporta ce propos, en rit beaucoup et le dit à la dauphine, Marie-Josèphe de Saxe. Cette princesse manda le virtuose ambitieux, et sans lui rappeler ses observations critiques, elle lui fit présent d’un beau diamant et d’un passeport. – Il est signé par le roi, lui dit-elle ; c’est pour vous un grand honneur, mais il faut en profiter, car il n’est valable que pour six jours. »

(Castil-Blaze, L’Opéra-Italien de 1548 à 1856, Paris, 1856, p. 140)
Boîte en or et ormeau, ornée d’un portrait du roi Louis XV – Paris, 1771

Selon l’estimation faite par Jacques Gabriel Prod’homme, à partir des documents comptables conservés aux Archives nationales (Paris), le séjour de Caffarelli en France revint à l’administration des Menus Plaisirs à la somme de 8 137 livres 15 sols, et ce « indépendamment des 75 livres quotidiennes que Caffarelli avait reçues du roi, et de la “maison” qui lui avait été assurée à Versailles, sur d’autres fonds des Menus Plaisirs » (p.68). Autrement dit, Caffarelli étant demeuré a minima 164 jours (comme nous l’indique Adamo Scola), à raison de 75 livres par jour, il convient d’ajouter à la note déjà salée près de 12 300 livres supplémentaires ! Il faudrait encore comptabiliser les cadeaux, à l’instar de la tabatière en or à 3000 livres (qui ne semble pas avoir été intégrée au décompte par Prod’homme). Le séjour de Caffarelli coûta ainsi plus de 20 000 livres au royaume de France !

***

Sources & bibliographie :

(Archives nationales, Paris) Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Burney, Charles, A General History of Music. From the Earliest Ages to the Present Period, 1789, vol. IV

Castil-Blaze, L’Opéra-Italien de 1548 à 1856, Paris, 1856

Grove dictionary

Le Mercure de France

Prod’homme, Jacques Gabriel, « Un chanteur italien à Paris. Le voyage de Caffareli, en 1753 », La revue musicale (1911), p. 61-

Scudo, Paul , « Les Sopranistes », Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 38, 1862, p. 1021-1028

Écoute comparée

Mater dolorosa (ca. 1480-1500), Workshop of Dieric Bouts
Netherlandish, c. 1410–1475 (Chicago, Art Institute)

En complément du billet précédent consacré au « Stabat Mater » de Pergolèse, originellement composé pour deux castrats, nous vous proposons ici plusieurs versions de ce « tube » du Concert spirituel, selon différentes configurations vocales :

  1. Un « Stabat Mater » au féminin : deux voix de femmes

Sabina Puértolas (soprano) & Vivica Genaux (mezzo)

Christophe Rousset, Les Talens lyriques

***

2. Un « Stabat Mater » mixte : soprano féminin et alto masculin

Emöke Barath (soprano) & Philippe Jaroussky (contre-ténor)

Nathalie Stutzmann, Orfeo 55 (2014)

***

3. Pour une voix non muée et un alto masculin

Christian Ziemski (sopran) & Alois Mühlbacher (contreténor)

Franz Farnberger, St. Florianer Sängerknaben (2020)

***

4. Pour deux voix d’hommes

Samuel Marino (sopraniste) & Filippo Mineccia (contre-ténor)

Marie van Rhijn, Orchestre de l’Opéra royal de Versailles (2021)

***

5. Une version hors des sentiers baroques

Margaret Marshall (soprano) et Lucia Valentini Terrani (contralto)

Claudio Abbado, London Symphony Orchestra (1985)

Bonne écoute !

Le « Stabat Mater » de Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736), un tube du Concert spirituel parisien

Le 17 mars 1736, le compositeur Giovanni Battista Pergolesi, dit Pergolèse, s’éteint dans le monastère franciscain de Pozzuoli, près de Naples, emporté par la phtisie à tout juste 26 ans. Peu de temps avant sa mort, la confrérie napolitaine des Chevaliers de la Vierge des Sept douleurs (Santa Maria dei Sette Dolori) lui avait passé commande pour un Stabat Mater, afin de remplacer celui d’Alessandro Scarlatti (1660-1725), composé vingt ans plus tôt et donc probablement considéré comme dépassé.

Portrait de Giovanni Battista Pergolesi, peinture de Domenico Antonio Vaccaro. Conservatoire San Pietro a Majella de Naples.

Le Stabat Mater est, dans la liturgie catholique, un poème en langue latine composé de vingt tercets. Il dépeint la souffrance de la Vierge lors de la crucifixion de son fils Jésus-Christ : « (Premier tercet) Stabat Mater dolorosa / Juxta Crucem lacrimosa / Dum pendebat Filius. » (Elle se tenait, dans la douleur, près de la croix, en larmes, tandis que son Fils était suspendu.)

Orchestre de l’Opéra Royal de Versailles Marie van Rhijn, direction et orgue – Samuel Marino (sopraniste) & Filippo Mineccia (contre-ténor) – 2021

Le Stabat Mater est utilisé comme séquence (pièce de plain-chant chantée à certaines fêtes à la suite du graduel ou de l’alléluia) dès la fin du XVe siècle, en lien avec la nouvelle messe de la Compassion de la Sainte Vierge. Supprimé de la liturgie par le Concile de Trente (1543-1563), il sera rétabli par le pape Benoît XIII en 1727 au sein de la messe de « Notre-Dame des Sept douleurs », célébrée deux fois dans l’année (le Vendredi saint et le troisième dimanche de septembre).

L’œuvre composée par Pergolèse appartient au genre du motet* : dépourvue d’ouverture, elle comporte une brève introduction instrumentale précédant seulement l’entrée des deux voix. Elle nécessite peu d’interprètes : deux solistes chanteurs (une voix de soprano et une voix d’alto), à l’origine deux castrats, et un petit ensemble instrumental composé de deux parties de violons, d’une partie d’alto et d’une basse continue. La partition se partage en sept duos et cinq airs solistes.

[* Le motet désigne une pièce musicale et religieuse polyphonique composée sur des paroles latines ne faisant pas partie de l’office.]

Affiche du Concert spirituel du 15 août 1754

C’est au Concert spirituel, lors de la Semaine sainte de 1753, que Paris entend pour la première fois le Stabat Mater de Pergolèse. Fondé en 1725 par Anne Danican Philidor (1681-1728), notamment hautboïste de la Chapelle royale, le Concert spirituel est une société de concerts publics (on y entre en achetant un billet) dont l’objectif premier est d’offrir une programmation musicale lors de la fermeture des théâtres (les jours de fêtes religieuses et tout particulièrement lors de la Semaine sainte) : le répertoire se compose en conséquence de musique instrumentale et d’œuvres sacrées chantées en latin. Au gré des arrangements avec l’Académie royale de musique, la programmation s’ouvrira à d’autres répertoires. Les concerts ont lieu au palais des Tuileries, dans la grande salle dite « Salon des Suisses ».

En cette Semaine sainte de 1753, le Stabat Mater est interprété par deux castrats de la Chapelle du roi, le napolitain Pietro Dota (1714-ap. 1780) et Antonio Albanese (1728-1803), originaire de la région des Pouilles :

« CONCERTS SPIRITUELS.

Le concert a attiré plus de monde dans la quinzaine de Pâque, qu’il ne l’avoit fait les années précédentes. On va voir par le détail des différens morceaux qui y ont été exécutés, que ce succès étoit dû aux soins & au goût des Directeurs. […]

Le Lundi seize, le Concert commença par une symphonie. On donna ensuite pour la première fois, le Stabat mater, del Signor Pergolesi, motet si célèbre dans toute l’Europe, & qui depuis qu’on l’avoit annoncé, fixoit l’attention de tout Paris. Cet Ouvrage fut mieux reçu des Connoisseurs que de la multitude. Les morceaux qui ont le plus réussi sont le Prélude admirable, par lequel ouvre le motet, le Stabat Mater en Duo, & le Récit Vidit suum dulcem natum. Il ne paroît pas possible de pousser plus loin l’expression de la douleur & de la tendresse, que le Musicien l’a fait dans ces morceaux. Mais ce qui est peut-être plus admirable encore, parce que cela étoit plus difficile, c’est l’art qu’il a eu de varier le mouvement dans les différens morceaux de son motet sans varier l’expression. Par exemple dans le second morceau Cujus animam gementem, qui est sur un mouvement assez vif, le Musicien a sçû mettre une expression de douleur, que les Connoisseurs y ont bien sentie, & qui n’a peut-être pas été rendu par l’exécution aussi parfaitement qu’elle pouvoit l’être. On auroit désiré aussi qu’à la place de la fugue Fac ut ardeat cor meum, qui a fait peu d’effet au Concert, on eût substitué le duo Quis est homo, qui non fleret, qui n’est pas inférieur aux plus beaux morceaux du Motet. Quoi qu’il en soit de ces observations, le succès du Stabat a été assez grand pour qu’on l’ait donné cinq jours de suite, & pour qu’il ait été redemandé une sixième fois. Ce Motet a été exécuté par Mrs Dota & Albanese, Italiens, de la Musique du Roi. » (Mercure de France, juin 1753, p. 163-166)

Nicolas Jean-Baptiste Raguenet – Le Palais des Tuileries, vu du quai d’Orsay (1757) – Musée Carnavalet

Albanese est déjà un “habitué” du Concert Spirituel. Avant cette performance en duo avec Dota, le public a également pu l’entendre à trois reprises lors de la semaine précédente :

« Le Concert du Dima[n]che huit, jour de la Passion, commença par une Symphonie ; […] M. Albanese, de la Musique de la Chapelle du Roi, chanta très agréablement deux morceaux Italiens bien choisis, le Ir del Signor Caputy, le 2e de M. Hasse. […] Le Concert du Vendredi de la Passion, 13 Avril […] M. Albanese chanta avec beaucoup de goût & de naturel, deux beaux morceaux Italiens. Le premier, del Signor Pergolesi, le deuxième, del Signor Romani. […] Le Concert du Dimanche des Rameaux, quinze Avril […] M. Albanese chanta deux morceaux Italiens. […] » (Mercure de France, juin 1753, p. 164-165)

Albanese reparaît en soliste durant la semaine de Pâques :

« Dimanche, jour de Pâques, […] M. Albanese chanta un air Italien. […] Lundi de Pâques, […] M. Albanese chanta une ariette Italienne. […] Dimanche, jour de Quasimodo, […] M. Albanese chanta un air Italien. » (Mercure de France, juin 1753, p. 169-171)

Manuscrit (vraisemblablement une copie), conservé à la Sächsische Landesbibliothek, Dresden

Fort de son succès, le Stabat Mater sera repris dès l’année suivante, sur un calendrier similaire (donné les 8, 9, 10, 11, 12 et 19 avril 1754), mais dans une configuration différente. Albanese chante cette fois-ci aux côtés d’un autre castrat, Gaetano Guadagni, simplement de passage à Paris. Tandis que le directeur artistique du Concert, Pancrace Royer, a pris la liberté d’ajouter des chœurs de sa composition.

28 et 29 mars 1755 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

15 et 16 avril 1756 : on retrouve Albanese en compagnie cette fois-ci d’une soprano, Mme Vestris de Giardini.

5 et 6 avril 1757 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

21, 22 et 23 mars 1758 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

Entre la Semaine sainte et les fêtes de Pâques 1760 (aux alentours du 6 avril) : le Stabat Mater a été interprété par « Madame Mingotti, célèbre cantatrice italienne » et le castrat Pasquale Potenza.

Portrait de Pasquale Potenza (son nom figure sur la partition qu’il tient dans sa main droite), artiste inconnu.
Portrait de Regina Mingotti

Après une interruption de deux ans, le Stabat Mater est à nouveau programmé au Concert spirituel à partir de 1763 et ce tous les ans hormis en 1778) jusqu’à la disparition de la société en 1790.

Les 30 et 31 mars, 1er avril 1763 : c’est un autre castrat de la Chapelle, Andrea Ajuto qui remplace Albanese (peut-être de service à la Chapelle) auprès de Mlle Hardi :

« On exécuta le Mercredi Saint, l’admirable Stabat de Pergoleze. Mademoiselle Hardi, dont nous avons déjà parlé, & M. Aiuto de la Musique du Roi y récitoient. On connoît le mérite de ce célèbre Motet ; on l’a donné les deux autres jours suivans, & il a été tous les jours très bien exécuté. Mademoiselle Hardi y a eu beaucoup d’applaudissemens. […]

Ce même jour [Jeudi Saint] M. Aiuto, par quelqu’accident imprévu, n’ayant pu arriver de Versailles pour le temps du Concert, M. Besche se prêta à y suppléer dans le Stabat. L’art avec lequel il s’acquitta de l’exécution de cette partie, mérite autant d’éloges que sa bonne volonté. Sans beaucoup de connoissance en musique on conçoit facilement de quelle difficulté il est de convertir sur le champ une partie de dessus en haute-contre, en n’altérant point la modulation d’un chant aussi précieux que l’est celui du Stabat. C’est ce que fit M. Besche avec une précision, une sagesse & un goût qui attirèrent les applaudissemens de tous les auditeurs. » (Mercure de France, avril 1763, p. 175-176)

17, 18, 19 et 20 avril 1764 : Albanese reprend du service et chante avec son élève, Mlle Hardi.

À partir de 1765, on cesse de faire appel à un castrat. La voix d’alto est confiée à Louis Auguste Richer, ancien page de la musique de la Chapelle du roi, qui, selon le Mercure de France, « a conservé, avec une espèce de voix de taille, la faculté de chanter les dessus, sans l’aigreur du fausset & sans l’aridité des voix conservées contre l’ordre de la nature » (avril 1765, vol.2, p. 170). Richer chante avec diverses partenaires sopranos jusqu’en 1772. À cette date, le Concert spirituel programme à nouveau le Stabat Mater avec deux voix d’hommes. Richer chante avec un autre fausset, Jean Joseph Lambert Nihoul, originaire de Liège. En 1777, Richer est remplacé par Gaspero Savoi, un castrat, avant qu’une soprano reprenne le flambeau.

Constant Pierre a ainsi relevé pas moins de 82 exécutions du Stabat Mater de Pergolèse au Concert Spirituel entre 1753 et 1790 !

***

Sources & bibliographie :

Mercure de France (disponible sur Gallica)

Constant Pierre, Histoire du concert Spirituel 1725-1790, Paris, Société française de musicologie, 2000.

Grove Music online

C. de Rosa, Marquis of Villarosa, Lettera biografica intorno alla patria ed alla vita di Gio. Battista Pergolese, celebre compositore di musica, Napoli, 1831.

Notices biographiques (professionnelles) no5

SANTONI, Felipe (c.1665-1733) (Haute-contre)

c.1665, Pescia (grand-duché de Toscane) : naissance de Felipe, fils de François Santony et d’Angélique Benevoly.

1679, décembre : arrive à la cour de France, ramené d’Italie par le musicien Paolo Lorenzani, surintendant de la musique de la reine. [Mercure Galant, 1er décembre 1679, p. 335-336] Il a environ 14 ans.

1680, janvier : reçu à la Chapelle Musique.

Chante dans Le ballet du Triomphe de l’Amour. [Marcelle Benoît, Musiques de cour]

1698, 30 décembre : est pourvu d’un brevet de 800 lt de pension « en considération du service qu’il rend depuis plusieurs années dans la musique du roi ».

1708, 19 avril : accède à une charge de chantre de la chapelle (semestre de juillet), suite au décès de Michel Laffilard (charge de dessus mué).

1715 : qualifié de « passable ».

1717, 18 mars : se voit accorder la survivance d’Antonio Favalli pour une charge de chantre de la Musique de la Chambre. Ils exercent la charge ensemble et partagent les gages et le droit de monture qui y sont attachés (la nourriture est toujours attribuée à Jacques Hyvet de Beaupré).

Figure parmi les vétérans de la musique du roi.

1720, 2 juin : lettres de naturalité accordées par Louis XV. Est alors âgé d’environ 55 ans.

1733, 30 mai : la survivance de sa charge de chantre à la chapelle est accordée à Jean Louis de Bury.

1733, 14 juin : décède à Versailles âgé de 68 ans, inhumé le lendemain.

***

Sources :

Actes royaux (série O/1, Archives nationales)

Comptabilité Maison du roi (série O/1, Archives nationales)

État de la France – la plupart des volumes conservés sont accessibles en version numérisée sur : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/periodiques/les-etats-de-la-france.html

Bibliographie :

Barbier Patrick, La Maison des Italiens, Paris, Grasset, 1998.

Benoît Marcelle, Musiques de cour : Chapelle, Chambre, Ecurie, 1661-1733 [Recueil de documents], Paris, Picard, 1971.

Notice biographique (professionnelle) no4

NARDI, Giuseppe Placido Claudio (c.1660-1726) (Castrat)

c.1666 (fin de l’année), Trevi (Italie, États pontificaux) : naissance de Giuseppe, fils de Charles Nardy et de Barbara Gratiosy.

1679, décembre : arrive à la cour de France, ramené d’Italie par le musicien Paolo Lorenzani, surintendant de la musique de la reine. [Mercure Galant, 1er décembre 1679, p. 335-336] Il a environ 13 ans.

1680, janvier : reçu à la Chapelle Musique.

Chante dans Le ballet du Triomphe de l’Amour. [Marcelle Benoît, Musiques de cour]

1698, 30 décembre : est pourvu d’un brevet de 800 lt de pension « en considération du service qu’il rend depuis plusieurs années dans la musique du roi ».

1715 (après le 1er septembre) : suit la cour à Paris et s’installe avec Carli rue des Bons-Enfants (paroisse Saint-Eustache), à proximité du Palais Royal, « où ils continuaient de chanter pour le régent » [Barbier, La Maison des Italiens, p. 149].

1716, 25 mai : accède à une charge de chantre de la chapelle de musique (semestre de janvier) suite au décès du Sr Michaud.

1720, 2 juin : lettres de naturalité accordées par Louis XV. Est alors âgé d’environ 54 ans.

1722 : la cour rentre à Versailles.

1724, 1er septembre : reçoit une partie des gages (200 lt) de Pietro Floriselli, collègue castrat, décédé l’année précédente.

1726, 25 février : décède à Versailles âgé de 59 ans, inhumé le lendemain.

***

Sources :

Actes royaux (série O/1, Archives nationales)

Comptabilité Maison du roi (série O/1, Archives nationales)

État de la France – la plupart des volumes conservés sont accessibles en version numérisée sur : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/periodiques/les-etats-de-la-france.html

Bibliographie :

Barbier Patrick, La Maison des Italiens, Paris, Grasset, 1998. Benoît Marcelle, Musiques de cour: Chapelle, Chambre, Ecurie, 1661-1733 [Recueil de documents], Paris, Picard, 1971.

Notice biographique (professionnelle) no3

CARLI, Tomasso (c.1660-1751) (Castrat)

c.1659, Sienne (duché de Toscane) : naissance d’Antonio, fils de Mathieu Carly et d’Agnès Righi.

1679, décembre : arrive à la cour de France, ramené d’Italie par le musicien Paolo Lorenzani, surintendant de la musique de la reine. [Mercure Galant, 1er décembre 1679, p. 335-336] Il a environ 20 ans.

1680, janvier : reçu à la Chapelle Musique.

Chante dans Le ballet du Triomphe de l’Amour. [Marcelle Benoît, Musiques de cour]

1692-1693 : Charpentier compose sa Première Antienne pour les Vêpres d’un confesseur non pontife à l’intention de Carli et Favalli. [Barbier, La Maison des Italiens, p. 114].

1698, 30 décembre : est pourvu d’un brevet de 800 lt de pension « en considération du service qu’il rend depuis plusieurs années dans la musique du roi ».

1705, 14 décembre : obtient une charge de chantre de la Chapelle Musique, suite au décès de Guillaume Tissu (charge de taille).

1715 (après le 1er septembre) : suit la cour à Paris et s’installe avec Nardi rue des Bons-Enfants (paroisse Saint-Eustache), à proximité du Palais Royal, « où ils continuaient de chanter pour le régent » [Barbier, ibid. p. 149].

Qualifié de « bon ».

1720, 2 juin : lettres de naturalité accordées par Louis XV. Est alors âgé d’environ 61 ans.

1722 : la cour rentre à Versailles.

1726, 8 juin : accède à une seconde charge de chantre de la Chapelle Musique (semestre de janvier) suite au décès de Joseph Nardi (charge de basse-contre).

1730, 6 mars : reçoit une partie des gages de feu Antonio Favalli, 450 lt (pour le semestre de juillet) qu’il partage avec Antonio Ridolfi.

1749 : il apparaît dans l’État de la France comme vétéran de la Musique de la chapelle. Il a alors environ 89 ans et est certainement à la retraite depuis plusieurs années. Faute de sources, il est difficile d’évaluer avec précision la date de son congé. Le recrutement de deux jeunes castrats, Falco et Dota, en 1737 pourrait être un indice (Carli avait alors environ 77 ans).

1751, 9 octobre : décède âgé d’environ 92 ans, inhumé le lendemain.

***

Sources :

Actes royaux (série O/1, Archives nationales)

Comptabilité Maison du roi (série O/1, Archives nationales)

État de la France – la plupart des volumes conservés sont accessibles en version numérisée sur : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/periodiques/les-etats-de-la-france.html

Bibliographie :

Barbier Patrick, La Maison des Italiens, Paris, Grasset, 1998.

Benoît Marcelle, Musiques de cour : Chapelle, Chambre, Ecurie, 1661-1733 [Recueil de documents], Paris, Picard, 1971.

Notice biographique (professionnelle) no2

FAVALLI, Antonio (c.1660-1729) (Castrat)

c.1660, Porto Ferato, île d’Elbe (possession du Grand-duché de Toscane) : naissance d’Antonio, fils de Jacques Favaly et Marie Ciardy.

1679, décembre : arrive à la cour de France, ramené d’Italie par le musicien Paolo Lorenzani, surintendant de la musique de la reine. [Mercure Galant, 1er décembre 1679, p. 335-336] Il a environ 19 ans.

1680, janvier : reçu à la Chapelle Musique.

Chante dans Le ballet du Triomphe de l’Amour. [Marcelle Benoît, Musiques de cour]

1685 : chante chez les Théatins [Barbier, La Maison des Italiens, p. 100].

1687, 23 janvier : chante chez les Jacobins [rue Saint-Honoré], à l’occasion de la guérison du roi – chante notamment un Te Deum de Paolo Lorenzani et un motet du même [Barbier, ibid., p. 100 & 102]. Récit de la cérémonie dans le Mercure Galant (p. 275-288) : « un fort beau motet chanté par le Sr Favaly, chantre de la musique de la chapelle du roi, qui se fait admirer de tout le monde par la beauté de sa voix. »

1692 : chante chez les Théatins [Barbier, ibid., p. 100].

1692-1693 : Charpentier compose sa Première Antienne pour les Vêpres d’un confesseur non pontife à l’intention de Favalli et Carli. [Barbier, ibid., p. 114].

1697 : est pourvu d’un brevet de 800 lt de pension.

1701, 21 juin : obtient une charge de chantre de la Chapelle Musique (semestre de juillet), par la mort de Jean Gaye (charge de dessus).

1704, 22 octobre : accède avec Antoine Bagniera à une charge à la Musique de la Chambre, suite au décès de Philippe Le Roy de Beaumont (charge de chantre). Charge dont ils partagent les gages, nourritures et droits.

1711, 15 juillet : accède à une charge de chantre ordinaire de la Musique de la Chambre, suite au décès de d’Antoine Maurel. Il jouit des gages et du droit de monture, mais non de la nourriture (attribuée à son collègue Jacques Hyvet de Beaupré. => Favalli cumule donc trois charges : 1 semestre à la chapelle et 2 semestres à la chambre.

1715 : qualifié de « bon ».

1717, 18 mars : il transmet sa seconde charge à la Chambre en survivance à Philippe Santoni.

1720, 2 juin : lettres de naturalité accordées par Louis XV. Est alors âgé d’environ 60 ans.

1729, 22 avril : décède à Versailles à l’âge de 69 ans environ, inhumé le lendemain.

***

Sources :

Actes royaux (série O/1, Archives nationales)

Comptabilité Maison du roi (série O/1, Archives nationales)

État de la France – la plupart des volumes conservés sont accessibles en version numérisée sur : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/periodiques/les-etats-de-la-france.html

Bibliographie :

Barbier Patrick, La Maison des Italiens, Paris, Grasset, 1998.

Benoît Marcelle, Musiques de cour : Chapelle, Chambre, Ecurie, 1661-1733 [Recueil de documents], Paris, Picard, 1971.

Notice biographique (professionnelle) no1

BAGNIERA, Antonio (c.1651-1741) (Castrat)

c. 1651, Turin, en Savoie : naissance d’Antonio, fils de Maurice Bagniera, Suisse, et Marguerite Carmentran.

[fin des années 1650 ?] : page à la Chapelle du roi. [manuscrit des Frères Bêche]

[16??] : chante dans les appartements d’Anne d’Autriche, mère du roi. [Jean-Benjamin de La Borde, Essai sur la musique ancienne et moderne]

1676 : est reçu à la Chapelle du roi. Il a alors environ 25 ans.

1678 : interprète l’Amour dans Cadmus et Hermione, de Lully & Quinault. [Marcelle Benoît, Dictionnaire]

1680 : interprète un Faune dans le prologue de Bellerophon, chante également dans Le ballet du Triomphe de l’Amour. [Marcelle Benoît, Musiques de cour & Dictionnaire]

1682(?)-1684 : est chanteur chez la reine.

1698, 8 octobre : est pourvu d’un brevet de 800 lt de pension, en considération de ses services.

1699 : rôles dans Mélicerte et Le Bourgeois gentilhomme. [Marcelle Benoît, Musiques de cour]

1701, 21 juin : obtient une charge de chantre de la Chapelle Musique (semestre de janvier), par la mort de Jean Gaye (charge de taille).

1704, 22 octobre : accède avec Antoine Favally à une charge à la Musique de la Chambre, suite au décès de Philippe Le Roy de Beaumont (charge de chantre). Charge dont ils partagent les gages, nourritures et droits.

1715 : qualifié de « vieux ».

1720, 2 juin : lettres de naturalité accordées par Louis XV. Est alors âgé d’environ 69 ans.

1722 : il apparaît dans l’État de la France comme vétéran de la Musique de la chapelle. (La vétérance a pu lui être accordé entre 1715 et 1722, nous ignorons la date exacte.)

1732, 20 décembre : transmet la survivance de sa charge à la Chambre du roi à Philemon Pierre Dinnetz [Du Metz].

1741, 15 avril : décède dans sa résidence de Montreuil, à l’âge de 90 ans, inhumé le lendemain.

***

Sources :

Actes royaux (série O/1, Archives nationales)

Comptabilité Maison du roi (série O/1, Archives nationales)

État de la France – la plupart des volumes conservés sont accessibles en version numérisée sur : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/sources-imprimees/periodiques/les-etats-de-la-france.html

Bibliographie :

Benoît Marcelle, Musiques de cour : Chapelle, Chambre, Ecurie, 1661-1733 [Recueil de documents], Paris, Picard, 1971.

Benoît Marcelle, Dictionnaire de la musique en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Fayard, 1992.

Brève de recherche [6] : dans le jardin d’Antonio Bagniera à Montreuil

En juillet 1704, Antonio Bagniera organise des festivités dans son jardin de Montreuil: il a fait installer une statue du roi Louis XIV et a réuni pour l’occasion les « Messieurs de la Musique du Roy » pour chanter un « divertissement », en présence de Mr Blouin, gouverneur de Versailles. Sont également présentes des dames, bien qu’oubliées dans la phrase de titre.

Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue
du roy, posée dans le jardin du signor Antonio Bagniera à
Versailles
, 1704 – BNF (RES-YF-2007). Disponible sur Gallica.

Mr Blouin est un personnage important. Louis Blouin, né le 20 avril 1660, est le fils de Jérôme Blouin, l’un des quatre premiers valets de chambre du roi, également intendant des Parcs, Terres & Seigneuries de Versailles. À la mort de son père en 1665, Louis lui succède en tant que premier valet de chambre : dans un premier temps de façon purement honorifique (il n’a en effet que cinq ans et c’est Alexandre Bontemps qui assure le service durant son quartier), avant de prendre ses fonctions en 1678. Il les assurera jusqu’à la mort du grand roi en 1715[1]. La charge d’intendant est en revanche transmise à ce même Alexandre Bontemps[2]. À la mort de ce dernier, survenue en 1701, le roi confia à Louis Blouin l’intendance de Versailles, aussi appelée gouvernement de la ville et château de Versailles, ainsi que celle de Marly, fonction qu’il exerça jusqu’à sa mort en 1729[3].

En tant que premier valet de chambre et gouverneur de Versailles, Louis Blouin est l’un des officiers les plus proches du roi. « [Les premiers valets de chambre] gardent les Clefs des Coffres de la Chambre, & couchent dans la Chambre du Roy sur un lit étendu à terre au pied de celuy du Roy. Ils font plusieurs fonctions en habillant ou déshabillant le Roy, & ont une table toute l’Année. »[4] Comme l’écrit Jacques Levron, « Louis Blouin pouvait s’entretenir paisiblement avec lui [le roi] matin et soir. Il lui rapportait tous les bruits et potins soigneusement recueillis par les Suisses ; il lui rendait compte des missions privées dont il avait été chargé. Il était l’introducteur des audiences secrètes et c’est lui qui faisait entrer les visiteurs par une porte dérobée. » La présence de Louis Blouin confère un caractère officiel à l’événement, que sous-entend déjà le terme de « cérémonie ».


[1] Voir Jacques Levron, « Jérôme et Louis Blouin : premiers valets de chambre de Louis XIV et de Louis XV », in Revue des Deux Mondes, 1967, p. 374-384, ici 378.

[2] Sur Bontemps, voir Mathieu Da Vinha, Alexandre Bontemps : Premier valet de chambre de Louis XIV, Perrin, coll. « Les métiers de Versailles », 2011.

[3] Voir aussi Roger de Saint Genois de Grand Breucq (comte), Hierosme et Louis Blouin Premiers Valets de Chambre de Louis XIV et Gouverneurs de Versailles. Manuscrit dactylographié conservé aux Archives départementales des Yvelines, 1949, 1 F 72 ; Mathieu Da Vinha, « Louis Blouin, gouverneur de Versailles », dans Les Yvelines à travers leurs archives, Somogy/Archives départementales des Yvelines, Paris, 2003, p. 88-89 ; id., Les Valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, coll. « Pour L’Histoire », 2004, [rééd. Poche, Perrin, coll. « Tempus », 2009].

[4] L’Etat de la France, éd. N. Besongne, Paris, J. Guignard, 1669, 2 vols., tome 1, p. 76.

Le concert (détail), Gerrit van Honthorst, ca 1627.

La musique n’est malheureusement pas parvenue jusqu’à nous. Mais le livret imprimé nous apporte quelques renseignements précieux, quoique succincts et soumis à interprétation, sur l’effectif musical de ces festivités. La première partie était interprétée par trois solistes (une femme et deux hommes, cf. « tous trois » page 2), ensuite rejoints par le chœur (dont ils faisaient peut-être aussi partie). Une fois la « Figure DU ROY » dévoilée, on pouvait entendre une « petite Symphonie » qui suggère la présence d’instruments, dont l’effectif n’est malheureusement pas détaillé, mais comprenait certainement des cordes et des bois. Le chœur reprenait, avant de laisser place à une brillante et martiale « symphonie de Trompettes et de Timbales ». Une seconde partie était ensuite chantée par deux femmes, avant de se clore sur une alternance de chœurs (« le chœurs alternatifs »[5]), ce qui suppose un certain nombre de chanteurs.

Le texte, tout à la gloire de Louis XIV (« Du Roy que nous servons les brillantes merveilles »), vante tout d’abord sa puissance (« ce Roy plein de force »), sa beauté (« ce Roy plein d’appas ») et sa bonté (« ses bienfaits »). Les vers « Toute la Terre est triste / Quand on ne le voit pas » (page 1), et plus loin « À l’éclat suprême / Qui brille en ces lieux » (page 2) font sans aucun doute référence à la symbolique du Soleil si chère à Louis XIV. Tandis que le premier chœur évoque aussi volontiers la figure d’Apollon, ce dieu musicien si sensible à l’harmonie (« Des concers si touchans, / Que du haut de sa Gloire / Il écoute nos chants. »).

La seconde partie rappelle qu’en ce mois de juillet 1704, la guerre de succession d’Espagne fait rage : « Ô Minerve sçavante ! / Ô guerrière Pallas ! / Animez nos cœurs & nos bras, / Rendez la Victoire constante, / Conduisez nos Soldats ; / Partout devant leurs pas / Jettez le trouble & l’épouvante. » Le chœur final fait quant à lui clairement entendre la crainte de voir le conflit pénétrer dans le royaume de France : « Que la guerre sanglante / Passe en d’autres Etats. » Les vers « Que la foudre grondante / Détourne ses éclats » convoque enfin l’image de Jupiter, autre figure divine et mythologique volontiers récupérée par la propagande royale (il est le roi des dieux).

À propos de cette iconographie royale friande de références mythologiques, on pourra songer à plusieurs tableaux du début du règne, conservés au Château de Versailles : « Louis XIV en Jupiter, vainqueur de la Fronde », Charles Poerson, 1652-1653 ;  « Louis XIV en Apollon triomphant du serpent Python », Joseph Werner, dit le Jeune, vers 1664 ; « Louis XIV en Apollon conduisant le char du Soleil », 1662-1667 ; ou encore le célèbre portrait de groupe peint par Jean Nocret, représentant Louis XIV et sa famille (1670).

Sans pouvoir évidemment prétendre égaler la poésie de Philippe Quinault, le texte de ce divertissement n’est pas sans rappeler le prologue d’Armide (1686), mettant en scène la Sagesse (autrement dit Minerve) et la Gloire, toutes deux follement éprises de Louis XIV dont elles vantent les multiples vertus.


[5] S.v. « alternatif » : « qui succède l’un après l’autre », Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts : divisé en trois tomes, 1690, tome 1 A-E.

par Jean Nocret (1670) – château de Versailles

Dans son ouvrage consacré aux castrats de la chapelle royale, Patrick Barbier consacre quelques lignes à cet événement dans le jardin de Montreuil : « C’est dans ce lieu enchanteur, digne des plus belles toiles peintes de Vigarani, que Bagniera et ses compagnons décidèrent de placer une statue de pierre de Louis XIV, en signe d’admiration et de respect pour ce roi qui leur offrait tant de marques d’intérêt. La statue, de près de deux mètres de haut, fut placée dans le fond du jardin, légèrement surélevée, et en plein dans l’axe de la rotonde centrale de la maison : on l’inaugura solennellement en juillet 1704. La Musique du roi se déplaça et donna, devant le gouverneur de Versailles, un “Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue du Roy posée dans le jardin du Signor Antonio Bagniera”. Trois solistes, un chœur, un petit orchestre et un ensemble de trompettes et timbales furent nécessaires à ce divertissement. Longtemps après la mort de Louis XIV, on pouvait encore entendre les castrats de Versailles réunis autour de la statue, certains soirs de printemps ou d’été, pour y chanter les airs préférés du feu roi. Emouvant hommage de cette petite population italienne à un monarque qui n’avait jamais cessé de se laisser toucher par les voix de ses sopranistes ! »[6].

L’acte de vente de la propriété en 1748 mentionne en effet : « douze orangers et vingt-cinq lauriers avec leurs caisses, une statue représentant Louis XIV en pierre sonnante de hauteur de six pieds, posée sur un pied d’estal [piédestal], placée au bout dudit jardin en face de ladite grille, seize bustes avec leurs consoles, dix autres consoles avec de grandes vases de faïence au-dessus. / Trente-six bancs dont trente de pierre et six de bois, trois cents pots à fleurs, tant de faïence que de terre de Flandres et autres, deux arrosoirs de cuivre rouge, deux échelles doubles, trois autres échelles simples, deux grandes paires de ciseaux à tondre la charmille et autres ustensiles et outils de jardinage. »[7] On pourrait s’étonner du nombre impressionnant de bancs mentionnés ici : nos Italiens faisaient-ils des concerts à demeure ? En effet, la propriété n’est pas si grande pour nécessiter autant d’assises, même disséminées.

La statue aura néanmoins disparu sous le règne de la comtesse d’Argenson, la vente de 1759 n’en faisant plus mention : « Dans la cuisine. / Neuf bancs de jardin, deux encoignures et un théâtre estimés deux cent cinquante livres (250) / Deux échelles doubles dont une de jardin, les deux estimées douze livres (12) / Une paire d’arrosoirs de cuivre estimée douze livres (12) / Deux ratissoires, deux râteaux, un arrosoir, une paire de ciseaux, un croissant, deux tabourets, le tout estimé dix-huit livres (18) / Dans le jardin. / Trois figures de terre cuite sur leurs pieds de pareille terre estimées cent cinquante livres (150) / Vingt-cinq châssis en jalousie peints en huile et bien ferrés à trente-six livres l’un dans l’autre estimé le tout neuf cent livres (900) / Toutes les sonnettes, cordon et ferrure estimés cent quatre-vingt-six livres (186) / Huit fort orangers dans leurs caisses à cinquante livres chaque y compris les caisses estimés les huit à quatre cent livres (400) »[8].


[6] Patrick Barbier, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998, page 148.

[7] Vente 7 juillet 1748, Carly & Ridolfy à de Gournay (AD78, 3E47 71).

[8] Vente 30 novembre 1759, Anne Larcher, comtesse d’Argenson (AN, MC/ET/LXXXIX/588).

À quoi ressemblait donc cette statue ? Nous en avons récemment retrouvé la trace (et l’apparence), grâce à une gravure à l’eau-forte par Nicolas Chevallier, d’après René Charpantier :

La planche est sous-titrée d’inscription latine : « An Iovis an Martis non haec est Regis Imago ; / Qui Iovis et Martis numen et omen habet. / Ludovico Magno / Regi Christianissimo, Haereseos Exstirpatori, hostiumque Terrori, /Statuam hanc ex animi Significatione memoris dicavit/ Antonius Bagniera Romanus Regiae Musices alumnus, /Anno Domini M.D.C.C.IV / In sculpsit Poultier sculptor Regius. »

Que nous pourrons (grossièrement) traduire ainsi : « Si cette représentation du roi n’est pas Jupiter, ou Mars ; comment a-t-elle de Jupiter et de Mars la volonté et le présage? À Louis Le Grand, roi très-chrétien, Exterminateur des hérétiques et Terreur des ennemis, le romain Antonio Bagniera, disciple de la musique du roi, dédia cette statue en manifestation de son esprit qui se souvient, en l’an 1704, sculptée par Poultier, sculpteur du roi. »

Louis XIV, revêtu d’une cuirasse et d’un habit à la romaine, s’appuie sur un gourdin, rappelant alors volontiers Hercule. Il piétine le cadavre d’un dragon qui semble avoir deux têtes (nouvelle Hydre de Lerne ?). Fier et victorieux, le roi héros a terrassé ses ennemis !

Antonio Bagniera commanda cette statue à un sculpteur reconnu, Jean-Baptiste Poultier (1653-1719) : membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture depuis 1684, protégé de Charles Lebrun, il réalisa notamment en 1688 une statue de Cérès pour le parc de Versailles (encore visible aujourd’hui) et au début du siècle suivant deux statues monumentales pour la chapelle de Versailles.

Cérès, ou l’Eté, dans les jardins du Château de Versailles.

Il existe au moins deux autres statues pédestres de Louis XIV reposant sur un programme relativement proche. La première, signée Gilles Guérin et sculptée dans le marbre, représente le roi foulant aux pieds la Rébellion (la Fronde), commandée en 1653 et installée à l’hôtel de ville de Paris le 23 juin 1654 (elle fut par la suite remplacée en 1687 par la statue d’Antoine Coyzevox aujourd’hui conservée au musée Carnavalet). L’œuvre est aujourd’hui conservée dans le parc du château de Chantilly.

Statue en marbre, Gilles Guérin, Chantilly, parc du château – https://www.musee-conde.fr/fr/notice/oa-4239-louis-xiv-terrassant-la-fronde-ad6bf661-a24a-4156-b0f6-47dda7edb9fd
Modèle en terre cuite (Hauteur : 0,535 m), Gilles Guérin, 1653, Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes, RF 4742 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010095623

La seconde est une statue colossale en marbre, signée Louis Le Conte, commandée en 1685 par Charles du Boisguérin, valet de chambre du roi. Louis XIV y est représenté foulant aux pieds l’Hérésie. La statue n’est malheureusement pas parvenue jusqu’à nous, mais sa composition subsiste néanmoins par l’intermédiaire d’une estampe.

Estampe, gravée par Cornelis Vermeulen, d’après un dessin de Louis de Boullogne – Paris, BNF, département des estampes et de la photographie.

Une thématique qui inspirera également le sculpteur nancéen Jacob Sigibert Adam (1670-1747) dont un modèle en terre cuite fut récemment présenté chez Drouot.

Modèle en terre cuite, Jacob Sigisbert Adam – https://sculptureetcollection.com/ventes/louis-xiv-foulant-lheresie/

***

Patrick Barbier semble vouloir impliquer Carli, Nardi et Santoni dans cette décision d’installer une statue du roi. Nous n’avons aucune preuve de cela. Au contraire, si concertation il y eut, ce fut plutôt entre Bagniera et Chabanceau. Bagniera est encore le seul et unique propriétaire et les trois jeunes italiens ne sont a priori pour le moment que de simples invités. Ce serait vouloir trop anticiper sur la suite.

En effet, à cette époque, si Bagniera a déjà considérablement agrandi son terrain, par divers rachats auprès de ses voisins, la propriété ne comprend encore, selon toute vraisemblance, que le pavillon construit par Pierre Chabanceau de la Barre en 1691 (devis en mai) et dont il a immédiatement fait don à Bagniera (juillet). Il est difficile d’estimer à partir de quand exactement la propriété de Montreuil devint un lieu d’habitation pour Bagniera tout d’abord, et pour ses amis italiens. Nous manquons d’éléments probants pour être parfaitement catégoriques, ignorant totalement où vivaient les castrats de la chapelle en 1704, mais il semblerait que le pavillon de Montreuil ne soit pas encore qu’un lieu de détente occasionnelle.

En janvier 1708, lorsque Bagniera retournera chez le notaire avec Chabanceau pour valider la donation qu’il avait oublié de faire enregistrer, il ne sera en effet mentionné qu’« un corps de logis en pavillon ». Au moins de juin suivant, au moment de la donation de Bagniera à ses amis Carli, Nardi et Santoni, il sera cette fois-ci fait mention d’autres bâtiments (« une maison, cour et jardins, clos et fermés de murs avec ses appartenances et dépendances »), peut-être construits dans l’intervalle ou bien avant janvier 1708, même si non mentionnés (« des constructions qu’il a fait faire de partie des bâtiments et clôture »). Quoi qu’il en soit, l’agrandissement de la maison (ou pavillon ?) en tant que telle semble plutôt intervenir après juin 1708, grâce à des moyens financiers plus importants, via la participation des trois nouveaux intéressés : « Cette donation faite à la charge par lesdits sieurs donataires de contribuer pour leurs portions au payement cours et continuation des rentes foncières portées sur lesdits baux à rente desdits héritages, et des cens et droits seigneuriaux […] aux grosses et menues réparations annuelles et entretiens des maison, bâtiments et jardins ».

L’installation d’une statue du roi dans son jardin, et plus encore la cérémonie qui l’encadre, témoignent de la part de Bagniera d’un très fort sentiment d’appartenance au royaume de France. Il n’est pas encore naturalisé français (il lui faudra attendre 1720), mais il est visiblement épris d’une vive reconnaissance à l’égard de Louis XIV et d’un fort attachement. Si l’on porte attention à son texte, la cérémonie prend des accents patriotiques, exprimant le vœu d’une victoire française !

***

Sources :

Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue
du roy, posée dans le jardin du signor Antonio Bagniera à
Versailles
, 1704 – BNF, imprimé (RES-YF-2007). Disponible sur Gallica.

Vente 7 juillet 1748, Carly & Ridolfy à de Gournay (AD78, 3E47 71).

Vente 30 novembre 1759, Anne Larcher, comtesse d’Argenson (AN, MC/ET/LXXXIX/588).

Bibliographie :

Patrick Barbier, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search