Oratorio & musique sacrée

Aria de Gesù « S’una sol lagrima », extraite du Gesù al Calvario (1735) de Jan Dismas Zelenka (1679-1745), interprétée par Jakub Józef Orliński (contreténor), avec Il Pomo d’oro dirigé par Maxim Emelyanychev (2018)

Dans un air profondément poignant, Jésus ouvre son cœur et livre ses doutes, exprimant son ultime désir de croire en l’humanité.

Paroles traduites : « Si tous les cœurs repentants m’offraient seulement une larme de repentir, que je mourrais heureux ! Si toutes les âmes aimantes des hommes contrits me faisaient un seul signe d’amour, je verrais disparaître toute l’immense douleur qui me serre le cœur. »

Aria de Sant’Agostino, « Il rimorso opprime il seno », extraite de La conversione di Sant’Agostino (Dresde, 1750), de Hasse, interprétée par Philippe Jaroussky et son ensemble Artaserse (2021)

La partition, extrêmement dramatique, qui dépeint à travers les batteries de doubles croches aux cordes, l’esprit troublé du saint peu avant sa conversion (« J’ai senti l’aiguillon de la voix du ciel. Hélas ! l’âme est convaincue mais le cœur résiste » déclare-t-il dans le récitatif qui précède), aurait tout à fait sa place dans un opéra.

Paroles traduites : « Le remords m’oppresse tant, Mon cœur aime ses plaisirs. Je doute et suis affligé Et ne peux me décider. Mon état me peine et m’afflige, Je voudrais me tourner vers Dieu. Mais comment donc me défaire Des attaches de mon cœur ? »

Aria de saint Pierre « Mea tormenta, properate », extraite du Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena (Venise, 1758), oratorio en latin composé Johann Adolf Hasse – Jakub Józef Orliński (contreténor), avec Il Pomo d’oro dirigé par Maxim Emelyanychev (2018)

L’air donne à voir l’extrême agitation de saint Pierre à la vue de Jésus sur la Croix. Dans la partie centrale de cette aria da capo, son angoisse se calme  momentanément quand il s’adresse directement à Jésus et espère en vain une dernière parole. Puis il est de nouveau emporté dans le tempo frénétique de l’orchestre.

Paroles traduites : « Venez vite à moi, mes tourments ! Où sont les fouets et les coups ? Je cherche la croix ; donnez-moi la croix ! J’aspire à mourir, ô Dieu, en Toi. Mon Jésus, si Tu m’appelles une fois vers Ton saint visage serein, vers Ta croix et Ton châtiment ! Cher Jésus, appelle moi. »

Hormis les oratorios, les castrats sont également les interprètes privilégiés de l’immense répertoire sacré, extrêmement protéiforme (messes, Stabat Mater, Magnificat, motets, cantates, etc.).

Aria « Quae moerebat et dolebat », extraite du Stabat Mater de Giovanni Battista Pergolèse (1710-1736), Tim Mead (contreténor), avec l’ensemble La Nuova Musica, dirigé par David Yates (2017)

Paroles traduites : « Dans l’angoisse la plus amère, elle voit, cette bonne mère, de son doux fils les tourments. Elle pleure, pleure, la Mère, pieusement qui considère son enfant assassiné. Quel tourment, quel supplice affreux de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus ! »

Confitebor a tre con violoni de Nicola Fago, maître de chapelle du Tesoro san Gennaro de Naples – interprété par Valentina Varriale (soprano), Filippo Mineccia (contreténor) et Giuseppe Naviglio (basse), avec l’ensemble I Turchini, dirigé par Antonio Florio (2012)

Paroles traduites : « Je veux te louer, Seigneur, de tout mon cœur: dans le cercle des justes, et dans la congrégation. Grandes les œuvres du Seigneur : recherchées par tous selon sa volonté. Éclat et magnificence ses actes : et sa justice est pour les siècles des siècles. Il fit un souvenir de ses prodiges, miséricordieux et charitable Seigneur : il porte secours à ceux qui le craignent.
Il se souviendra toujours de son alliance : le pouvoir de ses œuvres, il a annoncé à son peuple : Pour leur donner l’héritage des nations : les œuvres de ses mains, vérité, et jugement. Ils sont de foi tous ses commandements : confirmés pour les siècles des siècles, ils sont faits dans la vérité et l’équité. La rédemption, il a envoyé à son peuple : il impose pour l’éternité son alliance. Saint, et terrible est son nom : le début de la sagesse est la crainte du Seigneur. Une bonne compréhension à tous ceux qui obéissent à ses ordres : Ses louanges demeurent pour les siècles des siècles. Gloire au Père, au Fils, et à l’Esprit saint. Ainsi qu’il était au commencement, maintenant et à jamais,
pour les siècles des siècles. Amen.»

«  Alleluja », extrait du Tam non splendet sol creatus de Nicola Fago, Jakub Józef Orliński (contreténor), avec Il Pomo d’oro dirigé par Maxim Emelyanychev (2018)

Paroles traduites : « Le soleil de la Création ne brille pas autant que scintille le Soleil béni qui du ciel est descendu vers nous. Le rayon éternel de ses vertus montre aux justes la voie du salut et sa flamme brûle en nous. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search