Brève de recherche [1] : Poitiers

Nous étions ce vendredi 3 mars de passage à Poitiers, pour consulter les Archives d’Argenson, conservées depuis 1975 par le Fonds ancien des Bibliothèques de l’université de Poitiers. Quelle relation peut-il y avoir entre la famille d’Argenson et les castrats italiens ?

Madame la comtesse d’Argenson, peinte par Jean-Marc Nattier, en 1743 – collection particulière.

Le 29 avril 1751, Anne Larcher, comtesse d’Argenson, épouse séparée du ministre de la Guerre de Louis XV, fait l’acquisition d’« une maison, cour et jardin, vulgairement appelée la maison des Italiens, située au grand Montreuil, près Versailles » (acte de vente passé par-devant Me Antoine François DOYEN, notaire à Paris, étude CXV).

Archives nationales, Paris : MC/ET/CXV/591

Cette « maison des Italiens » n’est autre que la demeure progressivement édifiée par le castrat Antonio Bagniera et ses acolytes de la chapelle du roi au début du siècle.

En 1748, Bagniera, Giuseppe Nardi et Filippo Santoni sont décédés. Tomaso Carli et Antonio Ridolfi vivent encore, mais n’habitent plus la propriété et décident de s’en séparer. Le contrat de vente est établi le 7 juillet devant Me Malfillâtre à Versailles et François-Eustache de Gournay, écuyer, conseiller du roi, commissaire des Guerres, homme de confiance du comte d’Argenson, en devient le nouveau propriétaire.

AD78, étude Tessier, 3E47 71 – 7 juillet 1748 – détail des signatures apposées en fin de contrat : Tomaso Carlÿ, Antonio Ridolfi et François Eustache de Gournay.

De Gournay n’eut pas le loisir d’y résider très longtemps : notamment retenu par ses obligations en Afrique du Nord, il cèdera la demeure à la comtesse d’Argenson moins de trois ans plus tard, trouvant « là le moyen de se rendre agréable à l’épouse de son ministre » (Philippe Cachau, p.8).

L’achat de cette propriété par la comtesse d’Argenson établissait un lien, certes ténu, mais néanmoins possible avec les castrats de la chapelle du roi. N’aurait-elle pu évoquer dans sa correspondance les précédents propriétaires ? Sa présence à la cour aurait pu lui donner l’occasion de les entendre lors d’un office à la chapelle… Telles étaient nos attentes en allant consulter les archives de la famille d’Argenson.

L’inventaire du fonds nous a ainsi révélé l’existence de 26 lettres écrites par la comtesse à son mari, Marc-Pierre de Voyer de Paulmy. La séparation de corps entre les deux époux, intervenue très tôt dans leur vie conjugale, explique en grande partie ce faible nombre de missives conservées. Compte tenu de cette séparation, les archives de la comtesse n’ont évidemment pas été associées à celles de la famille de son époux (peut-être existent-elles encore, mais rien n’est avéré).

C’est bien peu, mais ces quelques lettres ont néanmoins le mérite d’exister et il fallait se risquer à y jeter un œil. La comtesse évoque d’ailleurs par deux fois sa maison de Montreuil, mais de manière malheureusement fort succincte et sans aucun lien avec nos castrats italiens.

Le 19 janvier 1759 (lettre n°20), la comtesse écrit ainsi : « lorsque je fis bâtir la petite maison de mon loisir »[1] et plus loin « n’ayant point encore vendue cette malheureuse maison ». Le 11 août 1759 (lettre n°21), on peut également lire « ce temps-ci n’accélère pas la vente de la maison ».

La piste des Archives d’Argenson s’est avérée une impasse. Mais la recherche autour des castrats de la Chapelle du roi continue…

La maison des Italiens, telle que remaniée par la Comtesse d’Argenson dans les années 1750.
Crédit photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Versailles_Maison_des_musiciens_italiens_2011_15.jpg

Nous remercions vivement Anne-Sophie Traineau-Durozoy, conservatrice du Fonds ancien, pour son accueil chaleureux et sa disponibilité.


[1] Il n’est pas interdit de lire ici « petite maison » dans son sens galant, la comtesse y ayant certainement abrité ses amours avec M. de Valfons ; cf. Philippe Cachau, p.32.

Sources :

Archives nationales, Paris (75), MC/ET/CXV/591 : 29 avril 1751, vente De Gournay-Larcher, d’Argenson.

Archives départementales, Montigny-le-Bretonneux (78), 3E47 71 : 7 juillet 1748, vente Carli & Ridolfi-De Gournay.

Correspondance de la comtesse d’Argenson, P16, Bibliothèques de l’université de Poitiers, Archives d’Argenson.

Bibliographie :

Sur la maison des italiens :

Suzanne MERCET, « Études de topographie de Versailles. La Maison des Italiens au grand Montreuil », in Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1926, 3e article, p. 245-258.

Philippe CACHAU, « La Maison des castrats italiens du roi à Montreuil. Mythes et réalités », in Cahiers Philidor 35, éditions du Centre de Musique Baroque de Versailles, décembre 2008.

Patrick BARBIER, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998.

Sur les archives d’Argenson :

https://bu.univ-poitiers.fr/collections-remarquables-v2/les-archives-dargenson/

https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1067

La seconde moitié du XVIIIe siècle

La réduction du nombre de rôles dans les opéras du XVIIIe siècle, associé au souhait d’une plus grande variété dans les timbres, fait qu’il y a évidemment moins de castrats au sein d’une même distribution. Ils sont toutefois toujours très présents sur la scène de cette seconde moitié du siècle. S’ils conservent encore l’apanage du premier rôle masculin, le primo uomo, celui du secondo uomo est de plus en plus souvent attribué à un ténor.

En 1760, Johann Christian Bach (1735-1782), dernier né des enfants de Johann Sebastian, décide de s’attaquer au livret d’Artaserse. Ce texte, composé par le poète Pietro Metastasio (1698-1782), a notamment déjà été mis en musique par Leonardo Vinci en 1730 (voir ci-dessus).  J. C. Bach confie les deux premiers rôles masculins à des castrats, Carlo Nicolini dans le rôle-titre et Gaetano Guadagni dans celui de son fils, Arbace.

Aria di tempesta d’Arbace « Vo solcando una mar crudele », Philippe Jaroussky (contreténor) , avec Le Cercle de l’Harmonie dirigé par Jérémie Rhorer (2009)

En 1762, lorsque Christoph Willibald Gluck (1714-1787) crée son Orfeo ed Euridice à Vienne,  il offre le rôle d’Orfeo à Gaetano Guadagni.

Duo entre Orfeo et Euridice, « Vieni, appaga il tuo consorte » (version remaniée pour Naples en 1774), Philippe Jaroussky (contreténor) et Amanda Forsythe (soprano), I Barocchisti, Diego Fasolis (2018)

Mise en contexte : Orphée est descendu dans les Enfers pour ramener Eurydice dans le monde des vivants. Les dieux ont toutefois mis des conditions : sur le chemin du retour, Orphée ne devra en aucun cas croiser le regard d’Eurydice, ni lui expliquer la situation, sous peine de la perdre à nouveau.

Paroles traduites : « (Orphée) Viens donc, et garde le silence ! Viens, conforme-toi aux désirs de ton époux ! (Eurydice) Non, la mort m’est plus chère que la vie avec toi ! (Orphée) Ah, cruelle ! (Eurydice) Laisse-moi en paix ! (Orphée) Non, ma vie : telle une ombre fidèle, je serai toujours à tes côtés ! (Eurydice) Mais pourquoi tant de tyrannie ? (Orphée) Dussé-je périr de mes tourments, jamais je ne dirai pourquoi, (Eurydice, Orphée) Grand, ô dieux, est votre don, je le reconnais et je suis rempli de gratitude. Mais la douleur dont vous accompagnez votre don m’est intolérable. »

Aria d’Orfeo « Che farò senza Euridice », Samuel Mariño (sopraniste), La Cetra Barockorchester Basel, dirigé par Andrea Marcon (2022)

Mise en contexte : Incapable de résister davantage à la détresse d’Eurydice, Orphée se retourne et embrasse sa bien-aimée qui tombe morte aussitôt.

Paroles traduites : « Que ferai-je sans Eurydice ? Où irai-je sans ma bien-aimée ? Que ferai-je ? où irai-je ? Que ferai-je sans mon amour ? Où irai-je sans mon amour ? Eurydice ! Eurydice ! Ô ciel ! réponds ! réponds ! Je suis toujours ton fidèle époux. Eurydice ! Eurydice ! Ah! il ne me reste plus aucun secours, plus aucun espoir, ni sur la terre, ni dans le ciel. »

En 1770, Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), âgé de seulement 14 ans, compose l’opéra seria Mithridate, Rè di Ponto, avec trois rôles confiés à des castrats. Giuseppe Cicognani incarne le rôle de Farnace, fils du roi Mithridate.

Aria de Farnace « Venga pur minacci e frema », David Daniels (contreténor), Orchestra of the Age of Enlightenment, dirigé par Harry Bicket  (1999)

Le roi Mithridate vient d’annoncer à son fils, Farnace, qu’une nouvelle alliance serait forgée avec le royaume des Parthes, grâce à son futur mariage avec la princesse Ismene. Mais le séditieux Farnace, qui entend usurper le trône de son père avec l’aide de Rome, aime Aspasia et n’entend pas se laisser dicter sa conduite.

Paroles traduites : « Que mon implacable père vienne, menace et s’emporte. Ce cœur ne cédera pas à sa colère ou à sa fureur. Qu’il respecte et craigne Rome en moi, moins féroce et moins sévère, ou bien sa colère me rendra plus barbare et plus fier. »

Aria d’Emone « Ah, se lo vedi piangere », extraite de l’opéra Antigone (Saint-Pétersbourg, 1772) de Tommaso Traetta (1727-1779) – Bejun Mehta (contreténor), avec l’Akademie für Alte Musik Berlin, dirigée par René Jacobs (2013)

Paroles traduites : « Ah ! si tu le vois pleurer Sur mon corps privé de vie, Dis-lui que ses larmes amères Sont bien peu devant tout le sang Que sa fureur a répandu ; Que je viendrai, ombre  funeste, Toujours autour de lui rôder ; Que, furie nouvelle et terrible, Entourée de serpents et de flambeaux armée, Sans cesse je viendrai troubler Le repos de ses nuits et la paix de ses jours ; Que je ne crains point ses rigueurs Et que j’ai oublié ma tendresse passée ; Enfin, qu’à celle que j’adore J’irai donner, en dépit de ses lois, Dans une douce étreinte un ultime baiser. »

Progressivement, la voix de ténor gagne du terrain et occupe de plus en plus volontiers le rôle du primo uomo (le premier rôle masculin), autrefois systématiquement attribué à un castrat, désormais relégué au rang inférieur.

Le dernier des opéras de Mozart à faire appel à la tessiture des castrats est Idomeneo, re di Creta, créé en 1781 à Munich. Lors de sa reprise à Vienne la même année, Mozart réécrit le rôle d’Idamante, créé par le castrat Vincenzo del Prato, pour un ténor.

Aria d’Idamante « Non ho colpa » – Susan Graham (mezzo-soprano), avec l’Orchestra of the Age of Enlightenment dirigé par Harry Bicket (2000)

Paroles traduites : « Je suis irréprochable, et vous me condamnez, mon idole, car je vous adore. La culpabilité est vôtre, ô dieux tyranniques, Et c’est avec tristesse que je meurs Pour une erreur qui n’est pas la mienne. Si tu le désires, à ton empire Ouvrez-moi ce sein. Dans ta lumière, je l’ai lu, c’est vrai, Mais que mes lèvres me le disent au moins, Et je ne demande aucune autre pitié. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search