Brève de recherche [3] : Nouveaux éléments sur la construction du premier pavillon des Italiens à Montreuil

Dans son ouvrage consacré à La Maison des Italiens, Patrick Barbier raconte comment Pierre de La Barre, collègue et ami d’Antonio Bagniera, finança le premier pavillon bâti sur le terrain de Montreuil (p. 146). Il cite notamment l’acte de donation, passé par-devant Me Lamy le 13 juillet 1691, où l’on trouve une brève description du bâtiment : « Un corps de logis [en] pavillon, […] consistant en un grand salon en cul de four par le haut, couvert de tuile, ayant trois toises de face sur le parterre du jardin [dudit Sr Bagniere], […] sur seize [nous lisons « treize »] pieds ou environ de profondeur, […] ayant deux grandes croisées du côté [du nommé] La Lande et une du côté du grand jardin, avec une porte d’entrée à laquelle on monte par un perron de pierre de taille ».

Donation, 13 juillet 1691, Pierre Chabanceau à Antonio Bagniera – (détail première page).

Nous avons retrouvé le contrat passé entre Pierre Chabanceau et Guillaume Laflèche, entrepreneur de bâtiments, le 21 mai 1691, par-devant Me Bonnaventure Dumée. L’acte notarié est accompagné du devis rédigé de la main du maître d’œuvre. Ce devis nous permet de mieux imaginer en quoi consistait le pavillon initial. Nous le restituons ci-dessous, en prenant néanmoins la liberté de corriger les scories orthographiques de Guillaume Laflèche, afin d’en faciliter la lecture.

Acte notarié « marché » (extrait)

« Guillaume Laflèche, entrepreneur de bâtiments, Versailles, lequel a fait marché, promis et s’est obligé envers Pierre Chabanceau, écuyer sieur de la Barre, ordinaire de la musique de la chambre du roi, Versailles, […] pour les ouvrages de maçonnerie, charpenterie, couverture, menuiserie, serrurerie et vitrerie qu’il convient faire et bâtir à neuf sur une place appartenant au sieur Antonio, ordinaire de la musique, sise au terroir de Montreuil […]. Ce marché fait moyennant la somme de six-cent-cinquante [650] livres pour tous les ouvrages ci-dessus, laquelle somme ledit sieur de la Barre s’oblige payer audit entrepreneur au fur et à mesure que lesdits ouvrages s’avanceront, comme aussi à condition que tous les matériaux qui resteront appartiendront audit entrepreneur en emportant par lui les plâtres et démolitions […]. »

Marché, 21 mai 1691, Guillaume Laflèche et Pierre Chabanceau – (détail première page).

« Devis », par Guillaume Laflèche

« Devis de l’ouvrage de maçonnerie, charpente, couverture, menuiserie, serrure, vitres qui convient faire et bâtir à neuf sur une place appartenant à monsieur Antonio de la musique du roi pour monsieur de la Barre, ordinaire de ladite musique.

Premièrement

Le mur de face sera élevé 2 pieds plus haut que celui qui est bâti et aura 15 pieds dans œuvre, sur 13 de large et le mur aura 26 pouces en fondation jusqu’au plancher carrelé bâti de chaux et sable et depuis le plancher jusqu’en haut de 20 à 18 pouces dans lequel mur, il sera observé une porte de 4 pieds de large et plus élevée que l’on pourra.

Devis, joint à l’acte notarié, détail n°1.

Plus il sera fait le mur de côté du jardin de même hauteur que celui de face, dans lequel mur sera observé une croisée de 4 pieds de large sur 7 pieds de haut et le mur sera fait de même qualité comme le mur de face.

Plus le mur de côté du voisin sera de la même hauteur dans lequel mur sera observé deux croisées de trois pieds et demie de large sur 7 pieds de haut et le mur sera fait de même qualité que celui de face.

Plus sera l’entablement et plinthe tout autour du pavillon comme celui qui est fait, tous les murs seront crépis et enduits par dedans et par dehors de bon plâtre passé aux sals [ ?] et aux encoignures du pavillon, il sera fait des pilastres et re[???], le tout bien proprement fait et bien badigeonné.

Plus par en-dedans le pavillon, il sera fait une corniche à hauteur proportionnée qui régnera tout autour du dedans qui aura 3 à 4 pieds de haut d’architecture.

Devis – détail n°2.

Plus il sera fait le lambris dans le salon latté à latte jointive avec de bonnes lattes, clous, crépit et enduit de bon plâtre aux sals.

Plus il sera fait la maçonnerie au-dessus de la latte entre les chevrons du comble pour entretenir la latte, le tout fait à bon plâtre.

Plus le salon sera carrelé de grand carreaux dignis ( ?), le tout bien dûment fait.

Plus il sera fait un perron de pierre dure devant la porte du mur de face et lequel perron sera garni de quatre à cinq marches pour monter au salon.

Le premier degré de pierre dure aura 13 à 14 pieds de long et les autres à proportion de la dernière pierre nommée de repos aura 18 pouces d’épaisseur.

Plus il sera posé trois appuis aux croisées de pierre dure.

Devis – détail n°3.

Plus il sera fait la couverture du pavillon de la meilleure tuile.

Plus il sera fait une porte à deux manteaux à quatre pans [papier très abîmé sur la pliure, on distingue trois deux] pouces d’épaisseur de quatre pieds de large sur [papier très abîmé, peut-être six] pieds et demi de haut et sera mis un châssis au-dessus [papier très abîmé] poste/porte de trois carreaux d’élévation, le tout de bon bois de chêne garni d’une bonne ferrure de quatre verrous, le tout de fer bien poli et une barre de fer derrière la porte.

Plus il sera fourni trois croisées à petit bois* à pointe de diamant, garnies de leurs volets par derrière et garni de carreaux de vitres à plombs et de papier et de leurs ferrures, le tout bien conditionné.

Devis – détail n°4.

Plus il sera fourni les contrevents* aux trois croisées de bois de chêne épais d’un pouce, garnis de leurs penture, gonds, crochets et tourniquets, le tout bien conditionné.

Devis – détail n°5.

Plus il faudra mettre des barreaux de fer tout le long de la fenêtre au-dessus de la porte à la place de contrevent.

Plus il sera fourni toute la charpente du pavillon, lequel sera garni de ces arêtiers* et empanons*, lesquels seront tous de quatre pouces en carré de bon bois de chêne, et seront de distance de quatre à la latte sur la hauteur du comble et les chevrons auront quatre pouces en carré.

Plus sera fourni une plateforme qui sera sur les murs du pavillon pour porter les courbes qui auront six pouces en carré et pour porter les pieds des chevrons et la plateforme aura 11 à 12 pouces de large sur quatre pouces d’épaisseur.

Plus sera fourni toutes les courbes du cintre du salon de la hauteur qu’il faudra, elles auront quatre pouces en carré, elles seront assemblées à tenons et mortaises dans les chevrons.

Devis – détail n°6.

Le restant des matériaux appartiendront à l’entrepreneur en s’obligeant à nettoyer et faire emporter plâtres et autres ordure dudit bâtiments.

L’entrepreneur s’oblige de fournir tous les matériaux ci-dessus mentionnés et de rendre les bâtiments faits et parfaits et la clef à la main et sujette visite dans le terme d’un mois à commencer du mardi 22e mai 1691, moyennant le prix et somme de 650 livres [barré vingt].

Devis – détail n°7.

Pour résumer, voici en quoi consistait le pavillon :

Les dimensions demeurent un peu mystérieuse et oscillent entre 3,96m (selon le devis) et 5,48m (selon la donation) de face sur 3,96m de profondeur. La surface représente environ 16m². Une plinthe court sur l’ensemble de la façade extérieure, tandis que des pilastres ornaient les encoignures. Le toit est recouvert de tuiles.

Un perron de pierre, comportant quatre ou cinq marches, permet d’accéder à une grande porte de chêne (« plus élevée que l’on pourra ») à deux vantaux, munie de quatre verrous et surmontée d’une petite fenêtre. À l’intérieur, un sol carrelé, des murs de lambris recouverts de plâtre et surmontés d’une corniche, ainsi qu’un plafond en demi-coupole (appelée « cul-de-four »). La mention des « courbes du cintre du salon » peut soit renvoyer à la demi-coupole du plafond ou à la forme de la pièce.

Le mur, qui fait face à l’entrée, est occupé par une croisée*, aussi large que la porte (122cm) et haute d’un peu plus de 2m. Elle donne sur le jardin. Le mur de gauche comporte, quant à lui, deux autres croisées, légèrement plus étroites (91 cm) mais de même hauteur, lesquelles donnent sur le terrain des voisins, les Lalande. Le quatrième mur est dépourvu d’ouverture. Chacune des croisées, constituée de plusieurs carreaux, est pourvue de volets intérieurs et de volets extérieurs en bois de chêne (contrevents), et munie d’un rebord de pierre à l’extérieur.

***

Vocabulaire charpenterie & menuiserie

*arêtier : ligne saillante formée par la rencontre de deux pans de couverture. (https://www.tradi-charpente.com/lexique-charpentier.php)

*contrevent : volet de bois placé à l’extérieur d’une fenêtre pour la protéger des intempéries (Cnrtl.fr)

*croisée : fenêtre divisée en croix par un meneau ou un montant et un croisillon (https://www.lemenuisierdufaubourg.paris/glossaire-des-termes-de-menuiserie)

*empanon : chevrons de différentes longueurs fixés en bout aux arêtiers. Les empanons relient l’arêtier aux sablières, ou relient la noue au faîtage. (https://www.tradi-charpente.com/lexique-charpentier.php)

*petit bois : montants et traverses des châssis de fenêtre qui reçoivent les verres (https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit-bois)

***

Sources :

Archives départementales des Yvelines, Minutier ; Marché, Guillaume Laflèche et Pierre Chabanceau, 21 mai 1691 ; Donation, Pierre Chabanceau et Antonio Bagniera, 13 juillet 1691.

Patrick Barbier, La Maison des Italiens, Paris, Grasset, 1998.

Brève de recherche [2] : les notaires versaillais

Entre janvier et avril, nous avons concentré nos recherches sur le fonds des archives notariées de Versailles et ses environs, conservé aux Archives Départementales des Yvelines, à Montigny-le-Bretonneux. Des dépouillements antérieurs, ceux de Norbert Dufourcq et Marcelle Benoît, mais aussi ceux du programme Muséfrem (« Musiciens d’Église en France à l’époque moderne »), avaient d’ores et déjà permis de répertorier différents actes concernant les castrats de la chapelle du roi. Nous avons cherché à les compléter et à garantir une certaine exhaustivité.

Au XVIIIe siècle, il existait cinq études, trois fixes et deux suivant la cour, aujourd’hui renommées « Bekelynck », « Gayot », « Huber », « Savouré » et « Tessier », du nom du notaire contemporain du premier dépôt.

Nous avons dépouillé de façon exhaustives tous les répertoires jusqu’à l’époque de la Révolution. Et lorsque les répertoires faisaient défaut, nous avons consulté également de façon exhaustive, mais néanmoins cursive, toutes les cotes correspondantes.

Détail – Versailles, 4 mai 1789, carte dressée par Jacques Portier, éditions Lassandre, AD 78, cote 1Fi 71 1.

***

BILAN DÉTAILLÉ

Étude Bekelynck

Mathurin Lamy, actif sur la période 1670 – 29 avril 1737. Cotes répertoires : 3E43 57 à 61.

Les archives de ce notaire avaient été en grande partie dépouillées par Dufourcq et Benoît, nous avons néanmoins repéré quelques actes supplémentaires. Total : 12 actes, dont 3 non référencés.

Louis Martin Sillègue, actif sur la période 6 juin 1737 – 16 janvier 1743. Cote répertoire : 3E43 61.

Nous n’avons trouvé aucun document en lien avec les castrats de la chapelle.

Jacques Raux-Rauland, actif sur la période 9 févier 1743 – 21 juin 1785. Cote répertoire : 3E43 62.

Un seul répertoire a été conservé pour la période allant du 13 mai 1743 au 24 novembre 1756. Pour combler cette lacune de 40 ans, nous avons dépouillé de façon systématique les 80 cartons correspondants (cotes : 3E43 267 à 347). À noter que le dépouillement de ce corpus a pu être réalisé de façon particulièrement efficace grâce au conditionnement des minutes : chacune comporte en haut à gauche le type d’acte, la date et le nom des parties et fonctionne donc relativement comme un répertoire. Total : 9 actes, dont 7 non référencés.

Montreuil

Les notaires de Montreuil, où habitèrent certains castrats de la chapelle, sont également rattachés à cette étude. Nous avons ainsi lu les répertoires de Martin Le Rouge, François Bonnet, Denis Bonnet (répertoire commun : 3E43 31) et Noël Dessalles (3E43 32), actifs entre le 21 mars 1679 et le 22 février 1748.

La moisson fut restreinte, avec seulement deux actes, dont un d’ores et déjà repéré par Philippe Cachau notamment.

***

Étude Gayot

Jean-Baptiste Brisset, actif sur la période 7 décembre 1679 – 28 février 1685. Cote répertoire : 3E44 1.

Les archives de ce notaire avaient été dépouillées par Dufourcq et Benoît. Total : 2 actes déjà référencés.

Jean-Baptiste Bruneau, actif sur la période 16 avril 1685 – 23 janvier 1704. Cote répertoire : 3E44 1.

Les archives de ce notaire avaient été dépouillées par Dufourcq et Benoît. Total : 4 actes déjà référencés.

Jean Chevallier, actif sur la période 19 juillet 1704 – 10 janvier 1736. Cote répertoire : 3E44 1.

Les archives de ce notaire avaient été dépouillées par Dufourcq et Benoît. Total : 1 acte indirectement lié et déjà référencé.

François-Bernard Foubert, actif sur la période 2 février 1736 – 27 février 1745. Cote répertoire : 3E44 2.

Total : 3 actes non référencés.

Jean Blossier, actif sur la période 11 mars 1745 – 6 décembre 1763. Cote répertoire : 3E44 2.

Total : 2 actes non référencés.

Gilles Barat, actif sur la période 7 décembre 1763 – 29 septembre 1789. Cotes répertoires : 3E44 2 et 3.

Total : 7 actes, dont 4 non référencés.

Ricbourg, actif sur la période 3 octobre 1789 – an X [1801]. Cote répertoire : 3E44 3.

Nous n’avons pour le moment dépouillé que jusqu’au 7 mars 1791 et nous n’avons trouvé aucun document en lien avec les castrats de la chapelle.

***

Étude Huber

François Mabile, actif sur la période juin 1694 – 13 avril 1713. Cotes répertoires : 3E45 9 et 10.

Nous n’avons trouvé aucun document en lien avec les castrats de la chapelle.

Jacques Decourt, actif sur la période 9 mai 1713 – juillet 1742. Cotes répertoires : 3E45 10 à 12.

Total : 2 actes non référencés.

Pierre-Nicolas Alain, actif sur la période août 1742 – 4 décembre 1772. Cotes répertoires : 3E45 12 à 15.

Total : 3 actes, dont 1 non référencé.

Pierre-Mathieu Thibault, actif sur la période 5 décembre 1772 – 25 juin 1785. Cotes répertoires : 3E45 15 à 16.

Nous avons pour le moment interrompu notre dépouillement au 31 décembre 1781 et n’avons trouvé qu’un acte déjà référencé.

Georges Monget, actif sur la période 30 juin 1785 – 17 avril 1806. Cotes répertoires : 3E45 16 à 18.

Nous n’avons pas encore dépouillé les répertoires de ce notaire.

***

Étude Savouré

Jean-Didier Ducro, actif sur la période 18 juin 1728 – 31 décembre 1768. Cote répertoire : 3E46 1.

Total : 8 actes, dont 6 non référencés.

Jacques-Pierre Ducro, actif sur la période 1er janvier 1769 – 22 décembre 1787. Cote répertoire : 3E46 1.

Ce notaire avait été particulièrement dépouillé par le programme « Muséfrem ». Total : 11 actes, dont 1 non référencé.

Pierre-Hippolyte Delabarre-Duparcq, actif sur la période 25 décembre 1787 – 17 ventôse an VI [7 mars 1798]. Cotes répertoires : 3E46 1 à 3.

Nous avons pour le moment interrompu notre dépouillement au 31 décembre 1790 et n’avons trouvé aucun document en lien avec les castrats de la chapelle.

***

Étude Tessier

Cette étude a, semble-t-il, été très peu dépouillée, du fait de la lacune particulièrement importante dans les répertoires conservés. En effet, aucun des répertoires ne nous est parvenu avant l’exercice de Leroux à partir de 1753. Cette étude a donc nécessité un dépouillement particulièrement long, avec 72 cotes à consulter.

Bonnaventure Dumée, actif sur la période 1685-1700. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 13 cartons correspondants (cotes : 3E47 16 à 28). Total : 1 acte non référencé.

Léonord Lecointe, actif sur la période 1701 – 1er avril 1724. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 18 cartons correspondants (cotes : 3E47 29 à 46). Total : 1 acte non référencé.

Jean-Jacques Chartrain, actif sur la période juin 1724 – mars 1733. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 4 cartons correspondants (cotes : 3E47 48 à 51). À noter que la cote 3E47 47 est malheureusement non communicable, en raison de l’état de conservatoire des documents. Nous n’avons trouvé aucun document en lien avec les castrats de la chapelle.

Louis-Martin Sillègue, actif sur la période septembre 1733 – juin 1737. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 4 cartons correspondants (cotes : 3E47 52 à 55). Total : 1 acte non référencé.

Nicolas-Léonor Lhoste-Dupouget, actif sur la période mars 1738 – 1er août 1753. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 12 cartons correspondants (cotes : 3E47 56 à 67). Total : 1 acte non référencé.

Guillaume Malfillatre, actif sur la période septembre 1745 – mai 1758. Sans répertoire.

Nous avons dépouillé de façon systématique les 21 cartons correspondants (cotes : 3E47 68 à 88). Total : 8 actes, dont 6 non référencés.

Leroux, actif sur la période 10 août 1753 – décembre 1785. Cote répertoire : 3E47 1.

Total : 3 actes déjà référencés.

Pierre-Louis Leroy, actif sur la période juillet 1786 – 4 vendémiaire an VII [25 septembre 1798]. Cotes répertoires : 3E47 2 et 3.

Nous n’avons pour le moment dépouillé que l’année 1788. Total : 2 actes déjà référencés.

***

Enfin, nous avons également dépouillé l’étude Neauphle, regroupant divers petits lieux, dont « Saulx-Marchais » où Antonio Bagniera et Antonio Rodolfi avaient acquis des terres.

Saulx-Marchais

Jean Cornu, actif sur la période 1725 – 3 janvier 1748. Cotes répertoires : 3E30 66 à 67.

François Cornu, actif sur la période 21 février 1748 – 1768. Cote répertoire : 3E30 68.

Neauphle-le-Vieux

Nous avons consulté l’ensemble des répertoires (cotes : 3E30 51 à 55), sans résultat.

Neauphle-le-Château

Nous n’avons consulté que le répertoire de Pierre Brisset, actif sur la période 17 octobre 1728 – 14 novembre 1739. Cote : 3E30 164.

Répertoire par ailleurs lacunaire qui ne couvre que la période 1728 à 1730. Nous n’avons par conséquent trouvé qu’un seul acte, le testament de Philippe Santoni, lequel avait déjà été repéré par Philippe Cachau, mais mal référencé.

***

BIBLIOGRAPHIE :

BENOÎT, Marcelle – « Une dynastie de musiciens versaillais : Les Marchand », in Recherches, Paris, 1960.

CACHAU, Philippe – « La Maison des castrats italiens du roi à Montreuil. Mythes et réalités», in Cahiers Philidor 35, décembre 2008, p. 1-59.

CARBONNIER, Youri –  « Entre Paris et Versailles : Musiciens du roi spéculateurs au temps des Lumières », in Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 138, 2012, p.55-81.

CARBONNIER, Youri – « Les voix de dessus à la Chapelle royale au XVIIIe siècle. Castrats, pages et faussets (1715-1792) », in Revue de Musicologie 2, vol. 105, 2019, p. 245-284.

DUFOURCQ, Norbert & Marcelle BENOÎT – « Les Musiciens de Versailles à travers 9 minutes notariales de Lamy versées aux Archives départementales de Seine-et-Oise », dans Recherches, Paris, 1963.

DUFOURCQ, Norbert & Marcelle BENOÎT – « Les Musiciens de Versailles à travers les minutes du bailliage de Versailles conservées aux Archives départementales de Seine-et-Oise », dans Recherches, Paris, 1966.

DUFOURCQ, Norbert & Marcelle BENOÎT – « Les Musiciens de Versailles à travers les minutes notariales de Maître Gayot versées aux Archives département », dans Recherches, Paris, 1975.

MERCET, Suzanne – « Études de topographie de Versailles. La Maison des Italiens au grand Montreuil », in Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1926, 3e article, p. 245-258.

Programme Muséfrem (« Musiciens d’Église en France à l’époque moderne ») : https://musefrem.hypotheses.org/

Et la base de données : https://philidor.cmbv.fr/Publications/Bases-prosopographiques/MUSEFREM-Base-de-donnees-prosopographique-des-musiciens-d-Eglise-en-1790

Le site internet des Archives départementales des Yvelines : https://archives.yvelines.fr/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search