Brève de recherche [5] : Les autres castrats de la chapelle, sous la plume des Frères Bêche

Dans leur manuscrit (BNF, Rés. F 1661), les Frères Bêche mentionnent à plusieurs occasions les Italiens de la musique du roi. Nous proposerons ci-dessous une transcription des différents extraits concernés.

Sur le privilège d’être présenté au roi à son passage dans les appartements

« Tous les musiciens, comme on a vu ci-dessus, étaient présentés au roi à son passage dans les appartements. Cette prérogative qu’ils avaient sur beaucoup d’autres corps de la maison du roi ne laissait pas que d’ajouter une espèce de considération particulière à leur état qui est déjà très honorable par lui-même. Messieurs les premiers gentilhommes de la chambre leurs supérieurs pourraient facilement faire revivre cette ancienne coutume qui ne pourrait être regardée comme une innovation, puisqu’elle existait s’était pratiquée même avant le règne de Louis XIV, selon la tradition des plus anciens du corps, et qui n’a été discontinuée qu’en 1744 pour l’humeur qu’ont pris les sous-maîtres de ce temps là de ce que on ne leur donnait aucun avis de la réception des nouveaux venus. On remarquera que l’on aime mieux quelque fois ces sortes d’honneur que de l’argent. Il y a bien des corps de la maison du roi qui se voit flattés d’avoir pareille prérogative et il parait très inutile d’en priver à perpétuité celui de la musique. Pourquoi Mrs les Italiens seraient-ils les seuls de jouir de cet honneur comme ils en ont joui jusques à présent. Cela paraît humiliant pour les autres, qui ne méritent point de recevoir de mortifications. » (folio 30)

Du rejet des chanteuses

« En effet on remarquera que depuis l’année 1674 jusqu’à ce moment 24 Italiens qui se sont succédaient les uns aux autres avec tout au plus le nombre de 7 ou 8 faussets (qui se sont succédés aussi), et les pages de la musique, ont suffi pour faire complètement le service journalier de la chapelle. » (folio 32)

Bien que Bêche indique ici 1674, ce n’est semble-t-il pas avant 1675 qu’Antonio Bagniera, le premier castrat italien à intégrer la chapelle du roi, se voit recevoir parmi les chantres. C’est en tous cas ce qu’indique l’Etat de la France de 1692 (éd. N. Besongne, Paris, G. de Luyne, tome I, page 45). L’édition de 1698 mentionne quant à elle l’année 1676 (tome I, page 44), tandis que ses lettres de naturalité, obtenues en 1720, font référence à 44 ans de service (voir notre billet précédent consacré à Bagniera).

Dans la marge du folio 42, Bêche fournit une liste “mise à jour” des Italiens de la chapelle (écrite à l’envers). On dénombre alors 27 individus : « Antonio [Bagniera], Favalli, Joseph [Nardi], Philippe [Santoni], Tomas [Carli], Hiacinte [Mazza], Rodolphe [Ridolfi], Paccini, Francisque [La Fornara], Jerôme [Faggiolino], Dominique [Flavoni], Dota, Falco, Ayouto, Albaneze, Rosa, Ciampalanti, Olivini, Brouni, Spirelli, Rinaldi, Rosseti, Silvestre, Josephini, Ramponi, Butelli, [dernier nom illisible] ». Marcelle Benoît mentionne également Toricelli et Floriselli, vraisemblablement arrivés en 1694 en même temps que Hyacinthe Mazza et Ramponi, mais nous n’avons trouvé nulle autre trace de leur passage à la chapelle ou à la chambre.

  • « 1722, 3 septembre, Versailles : brevet qui permet à Antonio Toricelli, de la musique de la chapelle de sa Majesté, d’aller à Venise pendant 6 mois. » (A.N., O/1/66 fo 302, cité par M. Benoit, Musiques de cour, vol.2, p. 324). N.B. Dans la nomenclature établie par M. Benoit, figure parmi les « musiciens ordinaires et extraordinaires ».
  • « 1724, 1er septembre, Fontainebleau : ordonnance de décharge à Me Antoine Hebert, trésorier des Menus Plaisirs et affaires de la chambre, pour payer à Joseph Nardi et au Sr Antier, chantres de la chapelle musique, la somme de 900 lt, savoir aud. Nardi 200 lt et aud. Antier 700 lt, pour les gages attribués à la charge de feu Pierre Floriselli, depuis le 1er janvier 1723 jusqu’au 1er janvier dernier. » (A.N., O/1/68, fo 464, cité par M. Benoit, ibid., p. 342). N.B. Figure parmi les « chantres de la chapelle et de la chambre ».

Marge du folio 42 – trois autres noms apparaissent un peu plus bas.

Et d’y revenir plusieurs pages après :

« Les Srs Ramponi et l’abbé Buttelli ayant quitté le service du roi à sa chapelle pour s’en retourner aux pays étrangers, il ne faut plus les confondre avec les autres qui ne forment que le nombre de vingt Italiens. Et qui depuis un siècle entier se succèdent les uns aux autres. Ont suffit par leurs extrême assiduité et leurs longs services à remplir avec distinction à la chapelle, la partie de dessus soit tant pour les chœurs que pour les récits. Tant pour les récits que pour les chœurs. On pourrait en avoir un plus grand nombre que celui que l’on a, et cela ne serait certainement pas ruineux. Il n’y a qu’à les bien payer on a aura de bons et il en viendra de bons. Sous le règne de Louis 14 et celui de Louis 15 on leur a adjoint quelques fois des personnes qui chantaient le fausset, mais très peu. D’ailleurs cela est d’un très mauvais usage et les Italiens valent mieux parce que les voix des faussets ne sont ni agréables, ni si durables que les leurs.

La retraite des Srs Francisque, La Fornara, Jérôme Fagollini, et celle de l’abbé Dotta, ayant causé un grand vide dans la partie des dessus, fit imaginer en 1762 a Mrs les gentilhommes de la chambre un projet d’admettre des femmes à la chapelle tant pour les chœurs que pour les récits, afin de ne pas être obligé à l’avenir d’envoyer chercher des Italiens. Ce projet n’a pas eu lieu parce que le roi ne l’a pas voulu, comme nous l’avons dit ailleurs. Et on a été obligé, moyennant cela d’envoyer chercher en Italie les ci-dessus nommés, Mrs Spirelli, Olivini et Brouni. On aurait dû en emmener davantage.

Nous venons de dire que 20 italiens ont suffit pendant un siècle entier. Il n’en aurait pas été de même si à leurs places on y avait admis des femmes. Il y en aurait peut-être eu plus de 400, dans cet espace de temps susdit. Et sans parler de la somme énorme que cela aurait couté au roi, ni de l’indécence qu’il y aurait eu ; on n’a qu’à faire réflexion sur les modiques services que l’on en aurait tiré, soit par les incommodités de tous les mois, soit par les couches, soit par l’indolence perpétuelle et le caprice naturel des femmes, en vérité ce projet n’avait pas le sens commun.

Grâce à Dieu, il n’a pas réussi. Encore une fois on n’a qu’à faire venir un plus grand nombre d’Italiens et les bien payer, on en aura d’excellents et cela ne coutera pas tant que des femmes. » (folio 106)

Thomas Carli témoigne de l’inflation

« […] parce que les vivres et toutes autres choses nécessaires étaient à un prix extraordinairement bas jusque là que (selon le dire du Sr Thomas reçu à la musique avant l’année 1680 et mort en 1751 ainsi qu’au dire de plusieurs autres musiciens à peu près de ce temps là), la [mesure?] de vin qui sans compter les entrées revient aujourd’hui à 150 ou 160 livres, ne valait alors que 30 livres et dans les mauvaises années que 40 livres tout au plus. Il y a actuellement 29 ans qu’une chambre dans la petite place valait 60 livres de loyer ; elle vaut aujourd’hui 120 livres ainsi de toute le reste. » (folio 42)

Nature morte, Pieter Claesz, 1646

De la bonne moralité des Italiens de la chapelle

« […] les Sr Antonio, Favalli, Joseph, Thomas, et autres musiciens anciens qui étaient depuis longtemps à la musique avant que le roi Louis 14 vint s’établir à Versailles, tous reconnus pour de très honnêtes gens et mêmes très pieux, ont toujours attesté la vérité de ce fait. » (folio 85)

Petite histoire des castrats de la chapelle

« Ce fut environ en l’année 1673/4 [réécrit dessuscette date est fausse, les cinq Italiens arrivent en France à la toute fin de l’année 1679, comme l’indique notamment le Mercure Galant] que Louis Le Grand 14 fit venir d’Italie pour sa musique de la chapelle les 5 italiens Joseph, Favalli, Philippe, Thomas et Ramponi. Tous possédant de très belle voix, leurs talents, leurs bonnes mœurs et leur grande assiduité au service de la chapelle leur attirèrent la bienveillance et les bontés de ce grand prince. Entre autres grâces que sa majesté leur accorda, ils obtinrent de lui une permission de chasse perpétuelle à Fontainebleau pour tous les voyages que le roi y faisait tous les ans, et surtout celle de tuer un sanglier entre eux cinq, une fois seulement chacun de cesdits voyages. Il avait la bonté au commencement de leur demander en passant dans la galerie dudit Fontainebleau s’ils avaient tué le sanglier en leur disant seulement ces mots. Hé bien ! est il mort. Les italiens lui répondaient toujours que non. Vous verrez, dit un jour le roi, que je serai obligé de leur prêter mon vautrait* pour qu’ils puissent en  venir à bout. Le Sr Bontemps premier valet de chambre du roi dans ce temps là et qui aimait beaucoup ces italiens saisit ce moment pour engager sa majesté d’ordonner que quelques personne de son vautrait leur procura la satisfaction de tuer ledit sanglier, représentant qu’ils ne pourraient jamais y parvenir sans cela. Je le veux bien, répondit (folio 100)

[dans la marge : faire note du cerisier qu’ils appelaient le cerisier du roi]

*Équipage important composé de chiens courants spécialisés dans la chasse du sanglier (s.v. “vautrait”, CNRTL)

Chasse au sanglier, Frans Snijders, Museum Rockoxhuis, c. 1620-1630.

[les folios 101 et 102 sont demeurés vierges – la transition entre les folios 100 et 103 semble lacunaire]

(folio 103) qui les mettait très à leur aise. En général ils ne sont pas si bien aujourd’hui à cause de la prodigieuse augmentation des denrées. Ils ont tous vécus jusqu’au-delà de 90 ans très longtemps et ont tous passé l’âge de 90 ans. ensuite sont venus sous le même règne les Srs Hiacinthe, l’abbé Buttelli, Paccini et Rodolphe et l’abbé Buttelli n’a pas resté au service et est retourné dans son pays où il est mort très vieux environ en l’année 1754. Tous les susdits Italiens ont tous été l’exemple du zèle et de la plus grande assiduité au service du roi. Il semblait qu’ils ne faisaient qu’une même famille. Le Sr Antonio quoique d’une autre nation a toujours vécu avec eux et paraissait même en être le chef. Ils avaient acheté sous ledit règne un jardin au Grand Montreuil un terrain au grand Montreuil où ils firent bâtir une maison dans laquelle ils établirent tous leur domicile. Ils arrangèrent très bien leur jardin au bout duquel ils firent mettre d’une manière assez pompeuse la figure de Louis 14. Sa majesté ne dédaigna pas même un jour qu’elle chassait à fausse dépense (?) d’aller voir leur maison. Mr le duc et Madame la Duchesse de de Bourgogne Philippe 5 roi d’Espagne, Mr le duc et Me la duchesse de Berri leurs ont fait le même honneur plusieurs fois sous cedit règne. La curiosité n’emporte pas toujours les princes à faire cet honneur là à tout le monde. Les artistes, surtout quand ils sont honnêtes gens, ont l’avantage de l’emporter souvent sur des gens tirés, parce que cela ne tire à aucune conséquence. Le roi Louis quinze aujourd’hui notre auguste maître y a été dans son enfance plusieurs fois sous la conduite de Me la duchesse de Ventadour son illustre gouvernante. Les princes et princesses ci-dessus nommés y avaient pris le divertissement du jeu de boule, et c’était les Italiens qui avaient l’honneur de les ramasser et de leur présenter. Tout cela fait trop d’honneur à messieurs les Italiens, et même à notre état de musicien pour ne pas être rapporté. Il est bon d’en garder note pour en perpétuer le souvenir.

La Maison des Italiens, au Grand Montreuil (actuel 18, rue du Champ-Lagarde) – la propriété a toutefois été largement remaniée après son rachat par la Comtesse d’Argenson (1751), voir notre billet consacré aux archives de la famille d’Argenson.

En 1719 l’âge avancé des Srs Antonio, Favalli, Joseph et Thomas détermina Mr le Régent de faire venir de nouveaux italiens et ce fut les Srs Francisque La Fornara, Dominique Flavoni, et Jérôme Flagollino (sic) dont la voix et les talents les firent choisir pour succéder à la chapelle aux ci-dessus nommés. En 1737 les Srs Falco et l’abbé Dotta, sont venus à la musique de la chapelle.

(folio 104) En 1747 le sieur Paccini ayant cessé depuis longtemps de chanter, et la vétérance accordée au Sr Rodolphe qui a été le dernier possesseur de la susdite maison, ayant diminué le nombre des Italiens à la chapelle, le sieur Dominique fut chargé par ordre du roi d’aller en Italie chercher de nouveaux sujets. Et il emmena en France les Srs Ciampalanti mort en 1760, Albaneze, Ayouto, et Rosa. La retraite du Sr Dominique En l’année 1765, la retraite des Sr Dominique  Flavoni, Francisque La Fornara, Jérôme, fit prendre le parti de faire venir les Srs Spirelli, Olivini et Brouni. En l’année 1739 Mr le marquis de Montmorin gouverneur capitaine des chasses de Fontainebleau et petit fils du précédent ci-dessus nommé avant voulu abolir la permission de chasse dont Mrs les Italiens étaient depuis si longtemps en possession, ces messieurs prirent la liberté de présenter un mémoire au roi à ce sujet. Sa majesté qui a toujours aimé les italiens de sa musique eut la bonté de répondre qu’ils en avaient le droit parce que c’était un ancien usage et qu’il voulait que cela fut toujours continué à cesdits Italiens. »

Des meilleurs d’entre eux…

« […] parmi tous les susdits nommés il y en a 4 qui ont possédé l’art de chanter au degré le plus éminent. Ce sont les Srs Antonio, Favalli Joseph, Paccini et Francisque La Fornara. Leurs rares talents ont fait l’amusement et l’admiration de toute la cour. Les siècles sont avares de sujets de ce rang là. L’auteur de ces notes historiques a encore entendu ledit Sr Francisque La Fornara et il ose attester avec la plus grande vérité qu’il n’a jamais entendu chanter avec plus de noble plus agréablement et avec plus de noblesse que le dit Sr Francisque. Il serait bien à désirer qu’il y en a eut toujours un pareil à la musique de la chapelle du roi, ça serait un beau modèle pour les autres et les sujets ne manqueraient pas d’acquérir infiniment  en ayant le bonheur de l’entendre. Ledit Francisque a servi pendant 45 ans et a été l’exemple du plus grand zèle et la plus assiduité au service de la chapelle du roi. Malheureusement il ne chante plus. » (folio 105)

À propos des pensions

« Les pensions des italiens qui avaient été fixées pour chacun d’eux à la somme de 800 livres par Louis 14 ont été sous ce règne ci à quelques uns d’entre eux poussées à la somme de 1200 livres. Cela est bien juste, car toutes les denrées &c. sont montées à un prix excessif et la valeur de l’argent est au contraire bien diminuée depuis ce temps là, ainsi on ne leur a pas fait une grande grâce.

Lorsque Mrs les Premiers gentilhommes de la chambre sont devenus nos supérieurs à la musique de la chapelle ils ont demandé que dans la réunion des fonds de la musique de la chapelle et de celle de la chambre qui font en tout la somme de 320 000, l’on y réunit aussi les fonds particuliers des pensions des Italiens afin d’en pouvoir faire la distribution à leur gré. Mais Mr de St Florentin, ministre et secrétaire d’état au département de la maison du roi, et de qui la distribution desdites pensions dépend entièrement, s’est formellement opposé à la dite demande … et en a demeuré toujours le maître. Il a peut-être pensé que si les fonds des dites pensions venait à être réuni, et cesser par là d’être distingué du fond des 320 000 livres les Italiens pourraient fort bien en être frustrés par la suite. Il faut remarquer que les ministres qui ont le département de la maison du roi en doivent être les protecteurs et lesdits Italiens feront toujours très bien de demander ladite protection et de la conserver avec soin et pour cause. Il faut bon être sous les ailes d’un ministre. » (folio 105)

Brève de recherche [4] : Réminiscences autour d’Antonio Bagniera

À partir de l’année 1768, les trois Frères Bêche, ordinaires de la musique de la chapelle, commencent à rédiger des notes sur l’histoire et le fonctionnement de la musique de la Chapelle du roi, ajoutant parfois quelques anecdotes sur leurs collègues ou prédécesseurs, comme c’est le cas pour Antonio Bagniera.

Partie haute du folio 94 du manuscrit des Frères Bêche (Recherches a faire de differentes // notes historiques sur la musique // de la chapelle et chambre de nos // roys depuis clovis jusques a la // reunion des deux cours en 1762) – BNF, Rés. F 1661

« Le Sr Antonio était né en Suisse en 1638 [1]. Son père vint en France peu de temps après pour occuper une place de suisse. Ledit père ayant trouvé occasion de faire entendre son fils possesseur d’une très belle voix de dessus, aux maîtres de musique de la chapelle. Il fut accepté pour être page à ladite chapelle. Il y a des enfants qui ont très tardifs à entrer dans l’âge de puberté qui est celui où les enfants muent et changent de voix. Le sieur Antonio fut un de ceux-ci, et eut le temps de réfléchir sur la perte qu’il allait faire de sa magnifique voix et par conséquent de son état de musicien il prit le parti en brave capitaine d’aller à Paris chez un de ses cousins germain qui était chirurgien. Et le pria de lui faire l’opération de la castration. Ce dit cousin eut toutes les peines du monde à se défendre à lui accorder sa demande. Mais enfin le Sr Antonio lui ayant ôté toute crainte en lui promettant de ne jamais révéler que c’était lui, il y consentit, lui fit ladite opération à laquelle, par le plus grand bonheur, il réussit à merveille. On était tout étonné à la cour de ce que le Sr Antonio ne muait point, et que sa voix était toujours de plus belle en plus belle. On regardait cela comme un phénomène. La chose fut entièrement ignorée pendant plusieurs années, mais à la fin il se vendit lui-même. Le roi ayant appris cela en fut indigné et parla au Sr Antonio en termes très durs. Ledit Antonio supplia sa majesté de ne point le forcer à révéler le nom de chirurgien disant qu’il lui avait juré sur ce qu’il y a de plus sacré de garder le plus profond secret de peur qu’il ne lui en mésarriva. Orsus, tu fais bien lui dit le roi, car si je savais le nom du chirurgien, je le ferais pendre. Il lui dit ensuite qu’il le chassait de sa musique pour avoir pris un tel parti. Le capitaine des gardes qui suit le roi jusques dans son appartement demanda grâce pour lui en représentant que le Sr Antonio avait fait cela comptant plaire à sa majesté. Il eut toutes les peines du monde à l’obtenir. Mais enfin le roi céda à cette dernière raison. Et le Sr Antonio a été musicien du roi à la chapelle jusques à sa mort arrivée en 1740 [2] à Montreuil dans La maison des italiens dont il est parlé à la page … Le Sr Antonio a toujours vécu et est mort comme un véritable saint. Plus de cent musiciens 60 musiciens 40 musiciens qui existent encore aujourd’hui lui ont entendu dire et attester tout ce qui est antérieur à sa mort, rapporté dans ce présent recueil d’anecdotes… et les excellentes mœurs que l’on lui a connu[es] empêchent de révoquer en doute qu’il fut capable de dire autre chose que la vérité.

Ce respectable homme était doué de la figure la plus grotesque qu’on puisse s’imaginer. Sa taille n’était tout au plus que de quatre pieds de haut [équivalent à 1m30 environ]. Il était bossu par derrière et par devant, il avait les deux jambes toutes tortues et bancroches [3], le nez et le menton d’une longueur démesurée et qui se touchaient presque l’un et l’autre. Le moindre de ces défauts de nature, ci-dessus mentionnés, auraient dû l’empêcher d’être reçu page à la chapelle. Mais on passa par-dessus tout cela à cause du prodigieux volume et de l’extrême beauté de sa voix. En effet, elle était si belle, si grande et si naturelle que l’on a remarqué peu de temps avant qu’il meure à l’âge de 102 ans [4], que lorsqu’il parlait, le son de sa voix était plus beau et plus volumineux encore qu’autre voix d’italiens ni de femme que l’on ait entendu jusques à présent. »

[1] Antonio Bagniera serait plutôt né aux alentours de 1651 et non pas en Suisse, mais en Italie (Turin ou Rome).

[2] Bêche se trompe, Antonio Bagniera est mort le 15 avril 1741 (cf. son acte d’inhumation ci-dessous).

[3] CNRTL, s.v. “tortue” « Qui est à la fois tordu et courbe, qui a une conformation irrégulière » ; s.v. “bancroche” désigne un « homme bossu, difforme », « qui a les jambes tordues ».

[4] Son acte d’inhumation indique qu’il était âgé d’environ 90 ans.

Acte d’inhumation, dressé le 16 avril 1741 par le clergé de la paroisse de Saint-Symphorien à Montreuil. On reconnaîtra notamment la signature de Francisque La Fornara en bas à droite.

***

Antonio Bagniera, un être monstrueux ?

Jean-Benjamin de La Borde, dans son Essai sur la musique ancienne et moderne, insiste lui aussi sur la difformité physique de Bagniera  : « Cet enfant, quoique laid & contrefait, était doué d’une des plus belles voix de dessus qu’il y ait peut-être jamais eu. Ayant appris la musique, sa réputation lui procura bientôt l’honneur d’être entendu d’Anne d’Autriche, mère de Louis XIV. Cette princesse le prit en affection & l’honora de ses bontés. Comme il était d’une très petite stature, la Reine dans ses concerts ordonnait qu’on dressât une table sur laquelle on plaçait Bannieri, pour qu’il pût mieux se faire entendre » (p. 493-494). On remarquera que son aspect “monstrueux” précède apparemment la castration.

Dans son ouvrage La Maison des Italiens, Patrick Barbier écrit à propos du choix de Bagniera :

« Antonio Bagniera ne craignait pas seulement de perdre cette voix enchanteresse ; il comprenait trop bien quels risques il encourait de renoncer à son emploi et à la considération qui s’y rattachait. Les raisons de recourir à un tel acte étaient doubles. Non seulement il avait été, depuis son enfance, comblé de bontés par Anne d’Autriche, ce qu’il ne pouvait se résigner à abandonner, mais il savait de surcroît que sa petite taille et son physique disgracieux ne lui permettraient pas de réussir autrement qu’à travers une voix hors norme » (p.95).

On peut effectivement se demander si la position de Bagniera était véritablement en danger, sans avoir recours à la castration. Son physique contrefait aurait-il pu l’empêcher d’entrer à la chapelle du roi ? Était-il véritablement nécessaire de se fabriquer une voix exceptionnelle, par un acte jugé “monstrueux” par les Français, pour contrebalancer sa difformité physique? En quoi l’apparence physique serait-elle si importante pour chanter la louange divine ? Serait-ce, dans l’imaginaire des XVIIe et XVIIIe siècles français, parce que Dieu a fait l’homme à son image ?

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu. » (La Bible, Genèse, I,27)

Détail “La création d’Adam”, Michelangelo, Chapelle Sixtine, Vatican.

Il est vrai que lorsque Jean-Louis Bêche présente en 1795 un projet pour l’établissement d’une école libre de musique à Versailles, il insiste sur le fait que « les enfants que l’on destine à cet art [la musique] doivent être sains, sans défaut dans leur physique » (Paris, BNF, dép. Musique, Rés. 2394 ; cité par Denis Herlin, Catalogue du fonds musical de la Bibliothèque de Versailles, Paris, Klincksieck, 1995, p. xvii). Mais plus d’un siècle le sépare alors du destin d’Antonio Bagniera.

Le cas de Bagniera est particulièrement fascinant : hors normes de par son corps et de par sa voix, il illustre le cliché oxymorique de l’être “mi-démon, mi-ange”, dont la monstruosité physique se voit transfigurer par son timbre. Absolument autre, éminemment différent, il incarne pour ainsi dire le parangon du castrat, dont la “création” se voit elle-même entourée du halo d’un récit légendaire, traversant les générations. (Pour cela même, il n’est pas impossible que l’insistance portée sur sa difformité physique ait aussi pour objet d’accentuer de façon rhétorique, par un jeu de contraste, la splendeur de sa voix.) « Le Sr Antonio a toujours vécu et est mort comme un véritable saint », écrivent les Frères Bêche.

Bagniera était-il suisse, turinois ou romain ?

Ses lettres de naturalité, signées par le roi à Paris le 2 juin 1720, indiquent une origine turinoise et soulignent quatre décennie au service du roi : « notre cher et bien aimé Antoine Bagniera, natif de Thurin (sic) en Savoie, fils de Maurice Bagniera et de Marguerite Carmentran, ses père et mère, faisant profession  de la religion catholique apostolique et romaine, nous a fait remontrer qu’il s’est habitué depuis 44 ans en France attaché au service du roi défunt notre très honoré seigneur et bisaïeul de glorieuse mémoire dans sa musique et qu’il nous rend ses services en la même qualité depuis notre avènement à la couronne et désirant demeurer en notre royaume et y finir ses jours comme un de nos naturels sujets et régnicoles ».

Lettres de naturalité, signées à Paris le 2 juin 1720 par le roi.

Les racines italiennes de Bagniera demeurent toutefois sujettes à un certain flottement. Une entrée au sein d’un registre du secrétariat de la Maison du roi (aujourd’hui coté O/1/24) semble vouloir donner raison à Jean-Benjamin La Borde lorsqu’il écrivait dans son Essai sur la musique ancienne et moderne « Bannieri (Antonio), né à Rome vers l’année 1638, fut amené très jeune en France, par son père né en Suisse » (vol.3, p. 493). Y sont en effet mentionnées des « lettres de naturalité pour Jean Antoine Bagnera, ordinaire de la musique du roi, natif de la ville de Rome, faisant profession de la R.C.A. et R. [religion catholique apostolique et romaine] à St Germain au mois de juillet 1680 » (folio 195). En dépit de la non-concordance entre Turin et Rome (peut-être est-ce une simple erreur de la part du clerc), la liaison faite avec le corps de la Musique du roi ne laisse aucun doute sur le fait que l’individu en question soit nécessairement Bagniera (il n’y a qu’un seul et unique Bagniera à la chapelle du roi, a fortiori en 1680).

 En 1680, Bagniera approche de ses quarante ans. Il a vraisemblablement déjà vécu trois décennies dans le royaume de France (nous ignorons malheureusement quel fut son parcours avant sa réception à la chapelle en 1676)[5]. La naturalisation, en ce qu’elle donne accès à des droits, s’apparente à une récompense. Que Louis XIV ait pu envisager dès 1680 de faire de Bagniera l’un de ses sujets suggère deux choses : d’une part sa satisfaction pour son musicien, d’autre part une bonne intégration de la part de ce dernier. Bagniera sert depuis déjà quatre ans dans la chapelle du roi et a peut-être contribué à accueillir les cinq jeunes italiens qui ont intégré la chapelle au commencement de l’année de 1680 (les castrats Favalli, Carli, Nardi et Ramponi et le haute-contre Santoni) .  Il est également possible d’envisager que la demande de naturalisation soit le fait de Bagniera lui-même, manifestant plus encore son propre désir d’intégration.

Un tel document ne nous est néanmoins pas parvenu[6] et semble dès lors suggérer que le projet de naturalisation a finalement été avorté, sans qu’on en connaisse la raison. Bagniera n’obtiendra finalement sa naturalisation que quarante ans plus tard, en juin 1720, en même temps que quatre de ces jeunes collègues : il aura alors près de 70 ans.

[5] Patrick Barbier considère que Bagniera « avait échappé au renvoi de France », La Maison des Italiens, p. 96. Le récit des Frères Bêche est malheureusement dépourvu de repères temporels précis.

[6] Voir O/1/218.

***

Sources :

  • Frères Bêche, « Recherches a faire de differentes // notes historiques sur la musique // de la chapelle et chambre de nos // roys depuis clovis jusques a la // reunion des deux cours en 1762 », manuscrit, BNF, Rés. F 1661.

Lien vers le catalogue : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb458308878

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search