Écoute comparée

Mater dolorosa (ca. 1480-1500), Workshop of Dieric Bouts
Netherlandish, c. 1410–1475 (Chicago, Art Institute)

En complément du billet précédent consacré au « Stabat Mater » de Pergolèse, originellement composé pour deux castrats, nous vous proposons ici plusieurs versions de ce « tube » du Concert spirituel, selon différentes configurations vocales :

  1. Un « Stabat Mater » au féminin : deux voix de femmes

Sabina Puértolas (soprano) & Vivica Genaux (mezzo)

Christophe Rousset, Les Talens lyriques

***

2. Un « Stabat Mater » mixte : soprano féminin et alto masculin

Emöke Barath (soprano) & Philippe Jaroussky (contre-ténor)

Nathalie Stutzmann, Orfeo 55 (2014)

***

3. Pour une voix non muée et un alto masculin

Christian Ziemski (sopran) & Alois Mühlbacher (contreténor)

Franz Farnberger, St. Florianer Sängerknaben (2020)

***

4. Pour deux voix d’hommes

Samuel Marino (sopraniste) & Filippo Mineccia (contre-ténor)

Marie van Rhijn, Orchestre de l’Opéra royal de Versailles (2021)

***

5. Une version hors des sentiers baroques

Margaret Marshall (soprano) et Lucia Valentini Terrani (contralto)

Claudio Abbado, London Symphony Orchestra (1985)

Bonne écoute !

Le « Stabat Mater » de Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736), un tube du Concert spirituel parisien

Le 17 mars 1736, le compositeur Giovanni Battista Pergolesi, dit Pergolèse, s’éteint dans le monastère franciscain de Pozzuoli, près de Naples, emporté par la phtisie à tout juste 26 ans. Peu de temps avant sa mort, la confrérie napolitaine des Chevaliers de la Vierge des Sept douleurs (Santa Maria dei Sette Dolori) lui avait passé commande pour un Stabat Mater, afin de remplacer celui d’Alessandro Scarlatti (1660-1725), composé vingt ans plus tôt et donc probablement considéré comme dépassé.

Portrait de Giovanni Battista Pergolesi, peinture de Domenico Antonio Vaccaro. Conservatoire San Pietro a Majella de Naples.

Le Stabat Mater est, dans la liturgie catholique, un poème en langue latine composé de vingt tercets. Il dépeint la souffrance de la Vierge lors de la crucifixion de son fils Jésus-Christ : « (Premier tercet) Stabat Mater dolorosa / Juxta Crucem lacrimosa / Dum pendebat Filius. » (Elle se tenait, dans la douleur, près de la croix, en larmes, tandis que son Fils était suspendu.)

Orchestre de l’Opéra Royal de Versailles Marie van Rhijn, direction et orgue – Samuel Marino (sopraniste) & Filippo Mineccia (contre-ténor) – 2021

Le Stabat Mater est utilisé comme séquence (pièce de plain-chant chantée à certaines fêtes à la suite du graduel ou de l’alléluia) dès la fin du XVe siècle, en lien avec la nouvelle messe de la Compassion de la Sainte Vierge. Supprimé de la liturgie par le Concile de Trente (1543-1563), il sera rétabli par le pape Benoît XIII en 1727 au sein de la messe de « Notre-Dame des Sept douleurs », célébrée deux fois dans l’année (le Vendredi saint et le troisième dimanche de septembre).

L’œuvre composée par Pergolèse appartient au genre du motet* : dépourvue d’ouverture, elle comporte une brève introduction instrumentale précédant seulement l’entrée des deux voix. Elle nécessite peu d’interprètes : deux solistes chanteurs (une voix de soprano et une voix d’alto), à l’origine deux castrats, et un petit ensemble instrumental composé de deux parties de violons, d’une partie d’alto et d’une basse continue. La partition se partage en sept duos et cinq airs solistes.

[* Le motet désigne une pièce musicale et religieuse polyphonique composée sur des paroles latines ne faisant pas partie de l’office.]

Affiche du Concert spirituel du 15 août 1754

C’est au Concert spirituel, lors de la Semaine sainte de 1753, que Paris entend pour la première fois le Stabat Mater de Pergolèse. Fondé en 1725 par Anne Danican Philidor (1681-1728), notamment hautboïste de la Chapelle royale, le Concert spirituel est une société de concerts publics (on y entre en achetant un billet) dont l’objectif premier est d’offrir une programmation musicale lors de la fermeture des théâtres (les jours de fêtes religieuses et tout particulièrement lors de la Semaine sainte) : le répertoire se compose en conséquence de musique instrumentale et d’œuvres sacrées chantées en latin. Au gré des arrangements avec l’Académie royale de musique, la programmation s’ouvrira à d’autres répertoires. Les concerts ont lieu au palais des Tuileries, dans la grande salle dite « Salon des Suisses ».

En cette Semaine sainte de 1753, le Stabat Mater est interprété par deux castrats de la Chapelle du roi, le napolitain Pietro Dota (1714-ap. 1780) et Antonio Albanese (1728-1803), originaire de la région des Pouilles :

« CONCERTS SPIRITUELS.

Le concert a attiré plus de monde dans la quinzaine de Pâque, qu’il ne l’avoit fait les années précédentes. On va voir par le détail des différens morceaux qui y ont été exécutés, que ce succès étoit dû aux soins & au goût des Directeurs. […]

Le Lundi seize, le Concert commença par une symphonie. On donna ensuite pour la première fois, le Stabat mater, del Signor Pergolesi, motet si célèbre dans toute l’Europe, & qui depuis qu’on l’avoit annoncé, fixoit l’attention de tout Paris. Cet Ouvrage fut mieux reçu des Connoisseurs que de la multitude. Les morceaux qui ont le plus réussi sont le Prélude admirable, par lequel ouvre le motet, le Stabat Mater en Duo, & le Récit Vidit suum dulcem natum. Il ne paroît pas possible de pousser plus loin l’expression de la douleur & de la tendresse, que le Musicien l’a fait dans ces morceaux. Mais ce qui est peut-être plus admirable encore, parce que cela étoit plus difficile, c’est l’art qu’il a eu de varier le mouvement dans les différens morceaux de son motet sans varier l’expression. Par exemple dans le second morceau Cujus animam gementem, qui est sur un mouvement assez vif, le Musicien a sçû mettre une expression de douleur, que les Connoisseurs y ont bien sentie, & qui n’a peut-être pas été rendu par l’exécution aussi parfaitement qu’elle pouvoit l’être. On auroit désiré aussi qu’à la place de la fugue Fac ut ardeat cor meum, qui a fait peu d’effet au Concert, on eût substitué le duo Quis est homo, qui non fleret, qui n’est pas inférieur aux plus beaux morceaux du Motet. Quoi qu’il en soit de ces observations, le succès du Stabat a été assez grand pour qu’on l’ait donné cinq jours de suite, & pour qu’il ait été redemandé une sixième fois. Ce Motet a été exécuté par Mrs Dota & Albanese, Italiens, de la Musique du Roi. » (Mercure de France, juin 1753, p. 163-166)

Nicolas Jean-Baptiste Raguenet – Le Palais des Tuileries, vu du quai d’Orsay (1757) – Musée Carnavalet

Albanese est déjà un “habitué” du Concert Spirituel. Avant cette performance en duo avec Dota, le public a également pu l’entendre à trois reprises lors de la semaine précédente :

« Le Concert du Dima[n]che huit, jour de la Passion, commença par une Symphonie ; […] M. Albanese, de la Musique de la Chapelle du Roi, chanta très agréablement deux morceaux Italiens bien choisis, le Ir del Signor Caputy, le 2e de M. Hasse. […] Le Concert du Vendredi de la Passion, 13 Avril […] M. Albanese chanta avec beaucoup de goût & de naturel, deux beaux morceaux Italiens. Le premier, del Signor Pergolesi, le deuxième, del Signor Romani. […] Le Concert du Dimanche des Rameaux, quinze Avril […] M. Albanese chanta deux morceaux Italiens. […] » (Mercure de France, juin 1753, p. 164-165)

Albanese reparaît en soliste durant la semaine de Pâques :

« Dimanche, jour de Pâques, […] M. Albanese chanta un air Italien. […] Lundi de Pâques, […] M. Albanese chanta une ariette Italienne. […] Dimanche, jour de Quasimodo, […] M. Albanese chanta un air Italien. » (Mercure de France, juin 1753, p. 169-171)

Manuscrit (vraisemblablement une copie), conservé à la Sächsische Landesbibliothek, Dresden

Fort de son succès, le Stabat Mater sera repris dès l’année suivante, sur un calendrier similaire (donné les 8, 9, 10, 11, 12 et 19 avril 1754), mais dans une configuration différente. Albanese chante cette fois-ci aux côtés d’un autre castrat, Gaetano Guadagni, simplement de passage à Paris. Tandis que le directeur artistique du Concert, Pancrace Royer, a pris la liberté d’ajouter des chœurs de sa composition.

28 et 29 mars 1755 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

15 et 16 avril 1756 : on retrouve Albanese en compagnie cette fois-ci d’une soprano, Mme Vestris de Giardini.

5 et 6 avril 1757 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

21, 22 et 23 mars 1758 (le Mercure de France ne précise pas les interprètes).

Entre la Semaine sainte et les fêtes de Pâques 1760 (aux alentours du 6 avril) : le Stabat Mater a été interprété par « Madame Mingotti, célèbre cantatrice italienne » et le castrat Pasquale Potenza.

Portrait de Pasquale Potenza (son nom figure sur la partition qu’il tient dans sa main droite), artiste inconnu.
Portrait de Regina Mingotti

Après une interruption de deux ans, le Stabat Mater est à nouveau programmé au Concert spirituel à partir de 1763 et ce tous les ans hormis en 1778) jusqu’à la disparition de la société en 1790.

Les 30 et 31 mars, 1er avril 1763 : c’est un autre castrat de la Chapelle, Andrea Ajuto qui remplace Albanese (peut-être de service à la Chapelle) auprès de Mlle Hardi :

« On exécuta le Mercredi Saint, l’admirable Stabat de Pergoleze. Mademoiselle Hardi, dont nous avons déjà parlé, & M. Aiuto de la Musique du Roi y récitoient. On connoît le mérite de ce célèbre Motet ; on l’a donné les deux autres jours suivans, & il a été tous les jours très bien exécuté. Mademoiselle Hardi y a eu beaucoup d’applaudissemens. […]

Ce même jour [Jeudi Saint] M. Aiuto, par quelqu’accident imprévu, n’ayant pu arriver de Versailles pour le temps du Concert, M. Besche se prêta à y suppléer dans le Stabat. L’art avec lequel il s’acquitta de l’exécution de cette partie, mérite autant d’éloges que sa bonne volonté. Sans beaucoup de connoissance en musique on conçoit facilement de quelle difficulté il est de convertir sur le champ une partie de dessus en haute-contre, en n’altérant point la modulation d’un chant aussi précieux que l’est celui du Stabat. C’est ce que fit M. Besche avec une précision, une sagesse & un goût qui attirèrent les applaudissemens de tous les auditeurs. » (Mercure de France, avril 1763, p. 175-176)

17, 18, 19 et 20 avril 1764 : Albanese reprend du service et chante avec son élève, Mlle Hardi.

À partir de 1765, on cesse de faire appel à un castrat. La voix d’alto est confiée à Louis Auguste Richer, ancien page de la musique de la Chapelle du roi, qui, selon le Mercure de France, « a conservé, avec une espèce de voix de taille, la faculté de chanter les dessus, sans l’aigreur du fausset & sans l’aridité des voix conservées contre l’ordre de la nature » (avril 1765, vol.2, p. 170). Richer chante avec diverses partenaires sopranos jusqu’en 1772. À cette date, le Concert spirituel programme à nouveau le Stabat Mater avec deux voix d’hommes. Richer chante avec un autre fausset, Jean Joseph Lambert Nihoul, originaire de Liège. En 1777, Richer est remplacé par Gaspero Savoi, un castrat, avant qu’une soprano reprenne le flambeau.

Constant Pierre a ainsi relevé pas moins de 82 exécutions du Stabat Mater de Pergolèse au Concert Spirituel entre 1753 et 1790 !

***

Sources & bibliographie :

Mercure de France (disponible sur Gallica)

Constant Pierre, Histoire du concert Spirituel 1725-1790, Paris, Société française de musicologie, 2000.

Grove Music online

C. de Rosa, Marquis of Villarosa, Lettera biografica intorno alla patria ed alla vita di Gio. Battista Pergolese, celebre compositore di musica, Napoli, 1831.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search