Les Français évoquent le passage de Caffarelli

13 juin 1753, Versailles – La semaine dernière, Mme la Dauphine entendit chanter un Italien qui paroît avoir une grande réputation. Il est attaché au roi des Deux-Siciles ; il s’appelle Cafarelli ; il paroît avoir trente-cinq ou quarante ans ; il chante de fort bonne grâce, a une voix douce et étendue. Les amateurs de la musique françoise ont peine à s’accoutumer au goût de la musique italienne. Je n’ai point entendu Farinelli, ceux qui l’ont entendu le disent fort au-dessus de Cafarelli.

(Mémoires du duc de Luynes, tome XII, p. 471)

Marie-Josèphe de Saxe (1731-1767), dauphine de France – peinte par Jean-Marc Nattier (1751)

« On exécuta le 13 [octobre], à Versailles, chez Madame la Dauphine, l’Opéra Italien intitulé Didon abandonnée, dont la musique est de M. Hasse, Maître de Musique du Roi de Pologne, électeur de Saxe. Les principaux rôles furent chantés par MM. Cafarieli, Guadagni, Champalante et Albanese. M. Guadani arrive d’Angleterre. Sa grande exécution et la beauté de sa voix lui ont acquis beaucoup de réputation. »

(Mercure de France, nov. 1753, p. 193)

Le castrat Gaetano Guadagni (1728-1792), originaire de Lombardie, est alors installé à Londres depuis 1748 (il y restera jusqu’à 1755), chantant notamment dans les oratorios de Handel. Son passage en France se prolonge au moins jusqu’au mois d’avril 1754, puisqu’il chantera au Concert spirituel en compagnie d’Albanese (cf. notre billet sur le Stabat Mater de Pergolèse). En 1762, c’est lui qui créera le rôle d’Orphée dans l’opéra de Gluck Orfeo ed Euridice à Vienne. Champalante [Vincent Marie Romulus Ciampalanti] (1728-1760) et [Antonio] Albanese (1728-1803) appartiennent quant à eux à la chapelle du roi.

« Le 17 & le 19 [octobre] il y eut concert à Versailles chez Madame la Dauphine. Les sieurs Cafarieli & Guadagni y chanterent plusieurs Ariettes italiennes. »

(Mercure de France, déc. 1753, p. 188)
Appartement de la Dauphine – Château de Versailles

Charles Duclos (1704-1772), dans son Voyage en Italie, évoque lui aussi Caffarelli et son passage en France :

« La manière dont on traite les plus distingués de ces castrats doit aussi leur tourner la tête. La seconde dauphine ayant le goût de la musique italienne, on fit venir à Versailles Cafarielli, à qui l’on entretint pendant son séjour un carrosse et une table de six couverts, traitement exactement pareil à celui du confesseur du roi. Il ne chanta qu’une fois en public : ce fut un oratorio, dans la chapelle du Louvre, le jour de la St. Louis, en présence de l’académie françoise, et son paiement fut une bourse de cent jetons. Sa fatuité, en fait de bonnes fortunes, étoit chose curieuse. On ne pouvoit s’empêcher de rire du contraste de ses prétentions et de son état, qui pourtant n’étoit pas méprisé par certaines femmes. Une observation à faire par un philosophe, est que de la multitude de ces castrats, voués et livrés uniquement à la musique dès l’enfance, il n’en sort point de bons compositeurs. On en doit inférer que ce dont on les prive a de grandes influences sur les facultés de l’ame. »

Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie / par feu M. Duclos, historiographe de France, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, &c. à Paris, chez Buisson, 1791 (p. 230-231).

On retrouve Caffarelli mis en scène dans la première satire de Diderot :

« Y étiez-vous lorsque le castrat Caffarelli nous jetait dans un ravissement que ni ta véhémence, Démosthène ! ni ton harmonie, Cicéron ! ni l’élévation de ton génie, ô Corneille ! ni ta douceur, Racine ! ne nous firent jamais éprouver ? Non, mon ami, vous n’y étiez pas. Combien de temps et de plaisirs nous avons perdu sans nous connaître !… Caffarelli a chanté ; nous restons stupéfaits d’admiration. Je m’adresse au célèbre naturaliste Daubenton, avec lequel je partageais un sofa. « Eh bien ! docteur, qu’en dites-vous ?
— Il a les jambes grêles, les genoux ronds, les cuisses grosses, les hanches larges ; c’est qu’un être privé des organes qui caractérisent son sexe, affecte la conformation du sexe opposé…
— Mais cette musique angélique !…
— Pas un poil de barbe au menton…
— Ce goût exquis, ce sublime pathétique, cette voix !
— C’est une voix de femme.
— C’est la voix la plus belle, la plus égale, la plus flexible, la plus juste, la plus touchante !… » Tandis que le virtuose nous faisait fondre en larmes, Daubenton l’examinait en naturaliste.

Diderot, Satire première

Sources

Diderot, Satire première

Duclos, Charles, Voyage en Italie, ou Considérations sur l’Italie / par feu M. Duclos, historiographe de France, secrétaire perpétuel de l’Académie Française, &c. à Paris, chez Buisson, 1791

Le Mercure de France

Mémoires du duc de Luynes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search