La fin d’un monde

Au début du XIXe siècle, dans un contexte politique des plus troublés, les conservatoires italiens tombent en disgrâce, avec pour conséquence une pénurie de jeunes chanteurs, toutes tessitures confondues. Vers 1807-1808, faute d’une nouvelle génération pour prendre la relève, il ne reste plus que deux interprètes de haute volée parmi les castrats : Girolamo Crescentini (1762-1846), qui sera notamment au service de l’empereur Napoléon entre 1804 et 1812, avant de faire ses adieux à la scène et de rentrer en Italie pour se consacrer à l’enseignement, et Giovanni Battista Velluti (1780-1861) qui se retirera de la scène en 1830.

Aria de Romeo, « Ombra adorata aspetta », composition de Crescentini insérée dans l’opéra Giulietta e Romeo (Milan, 1796) de Niccolò Antonio Zingarelli (1752 – 1837) – Franco Fagioli, avec l’Orchestre de l’Opéra Royal de Versailles, dirigé par Stephan Plewniak (2021)

Paroles traduites : « Ombre adorée, attends  Je ne serai pas séparé de toi, Dans le bienheureux Elysée  Mon cœur trouvera ses contentements. Là, parmi les amants fidèles, L’amour nous réserve des plaisirs, Nous jouirons des doux instants, Des sentiments les plus innocents, Et l’Echo alentour pour nous Retentira d’amour ».

Récitatif et aria d’Arsace, « Dolci silvestri orrori », extraite de l’opéra Aureliano in Palmira de Gioachino Rossini (1813), créée par Velluti – Max Emanuel Cencic, avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne, dirigé par Michael Hofstetter (2007)

 

Les castrats disparaissent de la scène des théâtres, mais non des églises et des chapelles italiennes. Ce n’est qu’en 1922 que s’éteint le dernier castrat de la chapelle Sixtine, Alessandro Moreschi (1858-1922).

« Ave Maria », interprété par Alessandro Moreschi au début du XXe siècle

En 1994, à l’occasion du tournage du film Farinelli de Gérard Corbiau, les chercheurs de l’IRCAM (L’Institut de recherche et coordination acoustique/musique) essayent de retrouver la voix disparue de ces interprètes mythiques : pour ce faire, ils mélangent les voix du contreténor Derek Lee Ragin et de la soprano Ewa Malas-Godlewska, proposant aux auditeurs du XXe siècle une couleur vocale inédite à la frontière des genres.

Aria de Dario « Ombra fedele anch’io », extraite de l’opéra Idaspe de Riccardo Broschi, frère de Farinelli, pour le film de Gérard Corbiaux, Farinelli (1994)

Paroles traduites : « Moi aussi en ombre fidèle sur les rives du Léthé, je veux suivre mon idole que j’adore tellement. Qu’elle est belle cette paix qui reste ici comme consolation pour ma martyre. »

 

Bibliographie :

Heriot, Angus,The Castrati in Opera, London, Calder and Boyars, 1956.

Moindrot, Isabelle, L’opéra seria ou le règne des castrats, Paris, Fayard, 1993.

Lattarico, Jean-François, plaquette accompagnant le CD « La Vanità del Mondo. Oratorio arias », Philippe Jaroussky et son ensemble Artaserse, Erato, 2021.

Multiples plaquettes CD accompagnant les enregistrements cités en illustrations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search