La polyphonie sacrée et l’interdit paulinien

« […] que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d’y parler », saint Paul,  Première épitre aux Corinthiens 14, versets 34-35, la Bible (Segond 21).

 

Les premiers chanteurs castrats apparaissent en Europe occidentale au cours du XVIe siècle. Si leur présence est attestée à la cour de Ferrare dès les années 1550, il n’est pas impossible que l’apparition de ce phénomène musical soit néanmoins plus ancienne.

L’injonction paulinienne interdisant aux femmes de chanter dans les églises, ce sont d’abord essentiellement des jeunes garçons, dont la voix n’a pas encore mué, qui assurent les parties de soprano et d’alto au sein de la polyphonie sacrée.

Page de titre de la “Pratica Musica” d’Hermann Finck (1556)

Progressivement, les enfants sont volontiers remplacés par des falsettistes (chanteurs masculins pubères n’utilisant que leur « voix de tête » ou « voix de fausset »), pourvus d’une plus grande expérience musicale, mais de qualités vocales apparemment discutables. Le pape Clément VIII évoque les sons stridents et acides de la voix des soprani falsettistes (Angus Heriot, page 12). Ils sont alors eux-mêmes peu à peu détrônés par des castrats dont la voix de fausset « naturelle » possédait notamment un aigu beaucoup plus étendu et plus riche en harmoniques.

L’ Italie n’est pas la seule à faire appel à des castrats. Dans les années 1560, Orlando de Lassus, alors Kapellmeister à la cour de Munich, en comptait six parmi ses chanteurs (on ignore toutefois leurs origines). La cour de Don Sebastian du Portugal (1557-1578) avait elle aussi recours à des eunuques, venus vraisemblablement d’Espagne, pour chanter la louange divine, ce qui pousse Angus Heriot à suspecter que certains falsettistes espagnols aient pu également être des castrats déguisés…

Polyphonie d’Orlando di Lassus (1530-1594), Psalmi Davidis Pœnitentiales, dirigé par Philippe Herreweghe, à la tête du Collegium Vocale Gent, chœur mixte (2006)

En 1562, la Chapelle Sixtine accueillent ses premiers castrats. Du fait de leurs capacités vocales bien supérieures, leur importance au sein du chœur pontifical ne fait que grandir. À partir de 1687, la Chapelle Sixtine n’engagent plus que des castrats pour interpréter les parties de soprano et d’alto.

Reprise de la 2ème antienneVesperae Beatae Virginis in Sancto Petro Romae (Vêpres à la Vierge à Saint-Pierre de Rome) de Pietro Paolo Bencini (c.1675-1755), interprété par Raoul Le Chenadec (haute-contre), ensemble A Sei Voci, direction Bernard Fabre-Garrus (1995)

Entre temps, l’opéra est né, emportant les castrats dans son sillage.

 

Ouvrage cité : Heriot, Angus,The Castrati in Opera, London, Calder and Boyars, 1956.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search