Caffarelli à Paris, Versailles, etc. : une note très salée pour le roi de France !

Gaetano Majorano, dit Caffarelli, est né à Bitonto près de Bari (royaume de Naples), le 12 avril 1710. Il étudie la musique à Naples auprès de Porpora qui, selon la légende, lui aurait déclaré : « Vattene, figliuol mio. Io non ho altro da insegnarti. Tu sei il primo cantante dell’Italie e del mondo. » (Va, mon fils : je n’ai plus rien à t’apprendre. Tu es le plus grand chanteur d’Europe.) Mais l’anecdote est parfois rapportée comme s’adressant à un autre célèbre élève de Porpora, Farinelli …

Selon Charles Burney, « Porpora, who hated him for his insolence, used to say, that he was the greatest singer Italy had ever produced » (Porpora, qui le détestait pour son insolence, avait pour habitude de dire qu’il était le plus grand chanteur que l’Italie ait jamais engendré). [A General History of Music. From the Earliest Ages to the Present Period, 1789, vol. IV, p. 419.]

Caffarelli fait ses débuts à Rome en 1726, avant de chanter sur les plus grandes scènes d’Italie et d’Europe.

Le compositeur napolitain Nicola Porpora (1686-1768)

Le Biographical Dictionary of Actors, Actresses, Musicians, Dancers, Managers and other stage personnel in London, 1660-1800 (vol. 3 : Cabanel to Corey) prétend que Caffarelli se trouve à Paris en 1750 et qu’il s’y produit en concert sur invitation de la Dauphine. Cette date fournie par François-Joseph Fétis dans sa Biographie universelle des musiciens (2e édition, article “Majorano”) est toutefois erronée. Caffarelli serait à nouveau présent en France en octobre 1752 et aurait chanté devant le roi à Fontainebleau. Mais nous n’avons trouvé nulle mention de sa présence.

En revanche, nous savons qu’il est effectivement appelé à Paris en 1753. Louis XV, désirant amuser sa belle-fille, Madame la Dauphine, pendant les derniers mois de sa grossesse, fit convier Caffarelli par son ambassadeur à Naples, le comte d’Hossun. Le chanteur accepta l’invitation en échange d’un premier paiement de 800 ducats napolitains, dont il donna quittance, le 7 avril 1753 :


Quittances du 7 avril et du 20 août 1753 concernant les 800 ducats napolitains
Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Traduction extraite de l’article de Prod’homme : « L’Excellentissime Seigneur Ambassadeur de France m’ayant fait connaître de la part de sa Cour qu’il me faisait l’honneur de me désirer ; je promets de partir et me mettre en route, et en considération des frais de mon voyage, Son Excellence a bien voulu anticiper [le paiement] de la somme de huit cents Ducats Napolitains que je reconnais avoir reçus du dit Sr Ambassadeur. Naples, le 7 avril 1753. Gaetano Majorano Caffarelli. »

Le 17 mai, Caffarelli s’installe à Paris : Lévêque, garde général des Menus Plaisirs, lui a retenu un appartement à l’hôtel de Chateauvieux, rue Saint-André-des-Arts (dont le loyer mensuel atteint les 60 livres), assorti d’une remise pour sa chaise à porteur (36 livres supplémentaires). Mais Caffarelli ne juge pas le logement à son goût et déménage quatre jours plus tard sur la rive droite, à l’hôtel de Bretagne, rue et Croix des Petits-Champs, dans le quartier du Palais royal. Le nouvel appartement garni, composé d’une antichambre, d’une salle de compagnie, d’une chambre à coucher et de deux garde-robes, est loué pour les six prochains mois, à raison de 200 livres mensuelles. Caffarelli se voit en outre attribuer les services d’un domestique (30 sols par jour) et prêter un clavecin, accordé par Belot : « pour avoir employé et ensoyé à neuf et fourny environ cent cordes de différents numéro, attendu l’extreme Elevation du ton Italien, qui est fort au dessus du ton de la Chapelle de Sa Majesté, ce qui luy a occasionné huit jours de travail. 50 livres » Simultanément, on lui prépare un autre appartement à Versailles (100 livres mensuelles), également loué pour six mois. À quoi s’ajoute de nombreuses autres dépenses : frais de bouche, de tailleur, de monture, etc.

Caffarelli n’entend d’ailleurs rien débourser de sa poche et tient soigneusement ses comptes, comme en témoigne notamment ce billet rédigé de sa main :

Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Monseigneur le Maréchal de Richelieu et Mr de Curis engagèrent également un musicien pour accompagner au clavecin les différentes performances de Caffarelli : Adam Scola.

« Memoria » pour le musicien Adam Scola
Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

TRANSCRIPTION (à l’identique) :

« Adam Scola par ordre de Monseigneur le Maréchal de Richelieu, et de Mr de Curys à quitté toutes ses affaires, et ses Eccoliers (sic) à Paris pour suivre à Versailles, et accompagner par tout Mr Caffarelli jouant du clavecin toutes les fois que Mr Caffarelli à (sic) chanté, soit chez Madame la Dauphine, soit ailleurs par son ordre, et de celuy de Monseigneur le Maréchal de Richelieu, il à joué à tous les concerts, intermèdes, petit operas qui ont été exécutés chez Madame la Dauphine par Mr Caffarelli, Guadagni et Albanese, et ce service qu’il à fait à duré tout le tems que Mr Caffarelli à resté en France, c’est-à-dire depuis le 20 de may jusqu’au 31. Octobre de cette année 1753 ce qui fait cent soixente quatre jours à une pistole par jour……2640 livres

Le 20. juillet : Pour avoir copié et fourni papiers pour 29 airs, et un duo avec toutes les parties pour Madame la Dauphine

Le 27. 7bre Et pour avoir aussi copié un intermède entier intitulé Marcantonio, e Pimpirella de Mr Hasse, et toutes les parties doubles et copié deux livres des paroles pour le [page suivante] service de Monsieur, et de Madame la Dauphine, et pour avoir copié, et fourni pour la dite copie des novelles parties d’un Oratorio di Mr Hasse intitulé I Pellegrini al Sepolcro, et avoir transporté les dites parties, avoir fait un air pour l’Opera de Didon, et arrangé l’Opera de la Clemence de Titus, et d’autres petits airs de Mr Caffarelli pour Madame la Dauphine…. 420 livres

En tout 2050 livres

Adam Scola à recu 25. Louis de gratification pour avoir joué devant sa Majesté à Belle Vue

Il à recu à compte de ce que cy dessus 4. Louis de Mr L’Eveque à Fontainebleau. »

Caricature de Caffarelli par Anton Maria Zanetti (entre 1730 et 1750)
« Il celebre Caffariello qui cantava à S. Giov. Crisostomo; e porta via il teatro i poi che finita la sua aria, si votava affatto » (Le célèbre Caffarelli qui chanta au [théâtre de Venise] San Giovanni Grisostomo et emporte le théâtre avec lui, car après avoir terminé son aria, le théâtre s’est rapidement vidé.)

En témoignage de sa satisfaction, Louis XV offrit à Caffarelli un cadeau somptueux, une boîte en or d’une valeur de 3000 livres (!). Et si l’on en croit le duc de Luynes, Caffarelli en aurait reçu plus d’une…

Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Archives nationales, Paris
Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

TRANSCRIPTION

[Doc 1] Boeste d’or fournie par Mad. Ravechet de valeur de 3000 lt pour M. Le Mal de Richelieu

[Doc 2] N[ote] pour 1753. / Employer dans l’état des bijoux une boeste [boîte] d’or emailée. donnée par le roy a M Le mareschal de Richelieu fournie par Raveschet, prix fait par M Le Maal a 3000 lt.

[Doc 3] J’ai trouvé monsieur chez la veuve Ravechet une tabatière pour remplacer celle que j’ai doné pour le roy a Cafarello ainsi vous donere vint cinque louis ou mille écus à quoi j’ai fixé le prix […] À Paris ce 25 mai 1755

6 juillet 1753, Versailles – J’ai déjà parlé de Caffarelli ; le Roi ne l’avoit point encore entendu. Au dernier voyage de Bellevue, il chanta deux airs devant le roi ; il parut qu’on en étoit content ; on lui a fait présent de tabatières d’or en différentes occasions, et outre cela le Roi lui donne 75 livres à dépenser par jour. Lorsqu’il vient ici [Versailles], il loge dans une maison que l’on a louée pour lui ; il a un carrosse du Roi à deux chevaux, une table de sept à huit couverts et deux domestiques avec la livrée du Roi.

(Mémoires du duc de Luynes, tome XIII, p. 10)

Cadeau que Caffarelli, habitué à être gâté, jugea parfaitement insuffisant. Castil-Blaze rapporte l’anecdote suivante :

« Louis XV lui fit remettre une boîte d’or superbe, – Quoi, dit le virtuose, le roi de France m’envoie cette boîte ? En voilà trente dont la moindre vaut mieux que celle-là : si du moins elle était ornée du portrait de Sa Majesté. – Monsieur, le roi de France ne donne son portrait qu’aux ambassadeurs, répondit l’émissaire. – Qu’aux ambassadeurs ? eh bien ! le roi n’a qu’à le faire chanter.
Louis XV, à qui l’on rapporta ce propos, en rit beaucoup et le dit à la dauphine, Marie-Josèphe de Saxe. Cette princesse manda le virtuose ambitieux, et sans lui rappeler ses observations critiques, elle lui fit présent d’un beau diamant et d’un passeport. – Il est signé par le roi, lui dit-elle ; c’est pour vous un grand honneur, mais il faut en profiter, car il n’est valable que pour six jours. »

(Castil-Blaze, L’Opéra-Italien de 1548 à 1856, Paris, 1856, p. 140)
Boîte en or et ormeau, ornée d’un portrait du roi Louis XV – Paris, 1771

Selon l’estimation faite par Jacques Gabriel Prod’homme, à partir des documents comptables conservés aux Archives nationales (Paris), le séjour de Caffarelli en France revint à l’administration des Menus Plaisirs à la somme de 8 137 livres 15 sols, et ce « indépendamment des 75 livres quotidiennes que Caffarelli avait reçues du roi, et de la “maison” qui lui avait été assurée à Versailles, sur d’autres fonds des Menus Plaisirs » (p.68). Autrement dit, Caffarelli étant demeuré a minima 164 jours (comme nous l’indique Adamo Scola), à raison de 75 livres par jour, il convient d’ajouter à la note déjà salée près de 12 300 livres supplémentaires ! Il faudrait encore comptabiliser les cadeaux, à l’instar de la tabatière en or à 3000 livres (qui ne semble pas avoir été intégrée au décompte par Prod’homme). Le séjour de Caffarelli coûta ainsi plus de 20 000 livres au royaume de France !

***

Sources & bibliographie :

(Archives nationales, Paris) Comptabilité de la Maison du roi (O/1/2994) – Dossier “dépenses imprévues 6. 1rs mois / dépenses pour le Sr Cafarelli”

Burney, Charles, A General History of Music. From the Earliest Ages to the Present Period, 1789, vol. IV

Castil-Blaze, L’Opéra-Italien de 1548 à 1856, Paris, 1856

Grove dictionary

Le Mercure de France

Prod’homme, Jacques Gabriel, « Un chanteur italien à Paris. Le voyage de Caffareli, en 1753 », La revue musicale (1911), p. 61-

Scudo, Paul , « Les Sopranistes », Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 38, 1862, p. 1021-1028

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search