Brève de recherche [6] : dans le jardin d’Antonio Bagniera à Montreuil

En juillet 1704, Antonio Bagniera organise des festivités dans son jardin de Montreuil: il a fait installer une statue du roi Louis XIV et a réuni pour l’occasion les « Messieurs de la Musique du Roy » pour chanter un « divertissement », en présence de Mr Blouin, gouverneur de Versailles. Sont également présentes des dames, bien qu’oubliées dans la phrase de titre.

Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue
du roy, posée dans le jardin du signor Antonio Bagniera à
Versailles
, 1704 – BNF (RES-YF-2007). Disponible sur Gallica.

Mr Blouin est un personnage important. Louis Blouin, né le 20 avril 1660, est le fils de Jérôme Blouin, l’un des quatre premiers valets de chambre du roi, également intendant des Parcs, Terres & Seigneuries de Versailles. À la mort de son père en 1665, Louis lui succède en tant que premier valet de chambre : dans un premier temps de façon purement honorifique (il n’a en effet que cinq ans et c’est Alexandre Bontemps qui assure le service durant son quartier), avant de prendre ses fonctions en 1678. Il les assurera jusqu’à la mort du grand roi en 1715[1]. La charge d’intendant est en revanche transmise à ce même Alexandre Bontemps[2]. À la mort de ce dernier, survenue en 1701, le roi confia à Louis Blouin l’intendance de Versailles, aussi appelée gouvernement de la ville et château de Versailles, ainsi que celle de Marly, fonction qu’il exerça jusqu’à sa mort en 1729[3].

En tant que premier valet de chambre et gouverneur de Versailles, Louis Blouin est l’un des officiers les plus proches du roi. « [Les premiers valets de chambre] gardent les Clefs des Coffres de la Chambre, & couchent dans la Chambre du Roy sur un lit étendu à terre au pied de celuy du Roy. Ils font plusieurs fonctions en habillant ou déshabillant le Roy, & ont une table toute l’Année. »[4] Comme l’écrit Jacques Levron, « Louis Blouin pouvait s’entretenir paisiblement avec lui [le roi] matin et soir. Il lui rapportait tous les bruits et potins soigneusement recueillis par les Suisses ; il lui rendait compte des missions privées dont il avait été chargé. Il était l’introducteur des audiences secrètes et c’est lui qui faisait entrer les visiteurs par une porte dérobée. » La présence de Louis Blouin confère un caractère officiel à l’événement, que sous-entend déjà le terme de « cérémonie ».


[1] Voir Jacques Levron, « Jérôme et Louis Blouin : premiers valets de chambre de Louis XIV et de Louis XV », in Revue des Deux Mondes, 1967, p. 374-384, ici 378.

[2] Sur Bontemps, voir Mathieu Da Vinha, Alexandre Bontemps : Premier valet de chambre de Louis XIV, Perrin, coll. « Les métiers de Versailles », 2011.

[3] Voir aussi Roger de Saint Genois de Grand Breucq (comte), Hierosme et Louis Blouin Premiers Valets de Chambre de Louis XIV et Gouverneurs de Versailles. Manuscrit dactylographié conservé aux Archives départementales des Yvelines, 1949, 1 F 72 ; Mathieu Da Vinha, « Louis Blouin, gouverneur de Versailles », dans Les Yvelines à travers leurs archives, Somogy/Archives départementales des Yvelines, Paris, 2003, p. 88-89 ; id., Les Valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, coll. « Pour L’Histoire », 2004, [rééd. Poche, Perrin, coll. « Tempus », 2009].

[4] L’Etat de la France, éd. N. Besongne, Paris, J. Guignard, 1669, 2 vols., tome 1, p. 76.

Le concert (détail), Gerrit van Honthorst, ca 1627.

La musique n’est malheureusement pas parvenue jusqu’à nous. Mais le livret imprimé nous apporte quelques renseignements précieux, quoique succincts et soumis à interprétation, sur l’effectif musical de ces festivités. La première partie était interprétée par trois solistes (une femme et deux hommes, cf. « tous trois » page 2), ensuite rejoints par le chœur (dont ils faisaient peut-être aussi partie). Une fois la « Figure DU ROY » dévoilée, on pouvait entendre une « petite Symphonie » qui suggère la présence d’instruments, dont l’effectif n’est malheureusement pas détaillé, mais comprenait certainement des cordes et des bois. Le chœur reprenait, avant de laisser place à une brillante et martiale « symphonie de Trompettes et de Timbales ». Une seconde partie était ensuite chantée par deux femmes, avant de se clore sur une alternance de chœurs (« le chœurs alternatifs »[5]), ce qui suppose un certain nombre de chanteurs.

Le texte, tout à la gloire de Louis XIV (« Du Roy que nous servons les brillantes merveilles »), vante tout d’abord sa puissance (« ce Roy plein de force »), sa beauté (« ce Roy plein d’appas ») et sa bonté (« ses bienfaits »). Les vers « Toute la Terre est triste / Quand on ne le voit pas » (page 1), et plus loin « À l’éclat suprême / Qui brille en ces lieux » (page 2) font sans aucun doute référence à la symbolique du Soleil si chère à Louis XIV. Tandis que le premier chœur évoque aussi volontiers la figure d’Apollon, ce dieu musicien si sensible à l’harmonie (« Des concers si touchans, / Que du haut de sa Gloire / Il écoute nos chants. »).

La seconde partie rappelle qu’en ce mois de juillet 1704, la guerre de succession d’Espagne fait rage : « Ô Minerve sçavante ! / Ô guerrière Pallas ! / Animez nos cœurs & nos bras, / Rendez la Victoire constante, / Conduisez nos Soldats ; / Partout devant leurs pas / Jettez le trouble & l’épouvante. » Le chœur final fait quant à lui clairement entendre la crainte de voir le conflit pénétrer dans le royaume de France : « Que la guerre sanglante / Passe en d’autres Etats. » Les vers « Que la foudre grondante / Détourne ses éclats » convoque enfin l’image de Jupiter, autre figure divine et mythologique volontiers récupérée par la propagande royale (il est le roi des dieux).

À propos de cette iconographie royale friande de références mythologiques, on pourra songer à plusieurs tableaux du début du règne, conservés au Château de Versailles : « Louis XIV en Jupiter, vainqueur de la Fronde », Charles Poerson, 1652-1653 ;  « Louis XIV en Apollon triomphant du serpent Python », Joseph Werner, dit le Jeune, vers 1664 ; « Louis XIV en Apollon conduisant le char du Soleil », 1662-1667 ; ou encore le célèbre portrait de groupe peint par Jean Nocret, représentant Louis XIV et sa famille (1670).

Sans pouvoir évidemment prétendre égaler la poésie de Philippe Quinault, le texte de ce divertissement n’est pas sans rappeler le prologue d’Armide (1686), mettant en scène la Sagesse (autrement dit Minerve) et la Gloire, toutes deux follement éprises de Louis XIV dont elles vantent les multiples vertus.


[5] S.v. « alternatif » : « qui succède l’un après l’autre », Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts : divisé en trois tomes, 1690, tome 1 A-E.

par Jean Nocret (1670) – château de Versailles

Dans son ouvrage consacré aux castrats de la chapelle royale, Patrick Barbier consacre quelques lignes à cet événement dans le jardin de Montreuil : « C’est dans ce lieu enchanteur, digne des plus belles toiles peintes de Vigarani, que Bagniera et ses compagnons décidèrent de placer une statue de pierre de Louis XIV, en signe d’admiration et de respect pour ce roi qui leur offrait tant de marques d’intérêt. La statue, de près de deux mètres de haut, fut placée dans le fond du jardin, légèrement surélevée, et en plein dans l’axe de la rotonde centrale de la maison : on l’inaugura solennellement en juillet 1704. La Musique du roi se déplaça et donna, devant le gouverneur de Versailles, un “Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue du Roy posée dans le jardin du Signor Antonio Bagniera”. Trois solistes, un chœur, un petit orchestre et un ensemble de trompettes et timbales furent nécessaires à ce divertissement. Longtemps après la mort de Louis XIV, on pouvait encore entendre les castrats de Versailles réunis autour de la statue, certains soirs de printemps ou d’été, pour y chanter les airs préférés du feu roi. Emouvant hommage de cette petite population italienne à un monarque qui n’avait jamais cessé de se laisser toucher par les voix de ses sopranistes ! »[6].

L’acte de vente de la propriété en 1748 mentionne en effet : « douze orangers et vingt-cinq lauriers avec leurs caisses, une statue représentant Louis XIV en pierre sonnante de hauteur de six pieds, posée sur un pied d’estal [piédestal], placée au bout dudit jardin en face de ladite grille, seize bustes avec leurs consoles, dix autres consoles avec de grandes vases de faïence au-dessus. / Trente-six bancs dont trente de pierre et six de bois, trois cents pots à fleurs, tant de faïence que de terre de Flandres et autres, deux arrosoirs de cuivre rouge, deux échelles doubles, trois autres échelles simples, deux grandes paires de ciseaux à tondre la charmille et autres ustensiles et outils de jardinage. »[7] On pourrait s’étonner du nombre impressionnant de bancs mentionnés ici : nos Italiens faisaient-ils des concerts à demeure ? En effet, la propriété n’est pas si grande pour nécessiter autant d’assises, même disséminées.

La statue aura néanmoins disparu sous le règne de la comtesse d’Argenson, la vente de 1759 n’en faisant plus mention : « Dans la cuisine. / Neuf bancs de jardin, deux encoignures et un théâtre estimés deux cent cinquante livres (250) / Deux échelles doubles dont une de jardin, les deux estimées douze livres (12) / Une paire d’arrosoirs de cuivre estimée douze livres (12) / Deux ratissoires, deux râteaux, un arrosoir, une paire de ciseaux, un croissant, deux tabourets, le tout estimé dix-huit livres (18) / Dans le jardin. / Trois figures de terre cuite sur leurs pieds de pareille terre estimées cent cinquante livres (150) / Vingt-cinq châssis en jalousie peints en huile et bien ferrés à trente-six livres l’un dans l’autre estimé le tout neuf cent livres (900) / Toutes les sonnettes, cordon et ferrure estimés cent quatre-vingt-six livres (186) / Huit fort orangers dans leurs caisses à cinquante livres chaque y compris les caisses estimés les huit à quatre cent livres (400) »[8].


[6] Patrick Barbier, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998, page 148.

[7] Vente 7 juillet 1748, Carly & Ridolfy à de Gournay (AD78, 3E47 71).

[8] Vente 30 novembre 1759, Anne Larcher, comtesse d’Argenson (AN, MC/ET/LXXXIX/588).

À quoi ressemblait donc cette statue ? Nous en avons récemment retrouvé la trace (et l’apparence), grâce à une gravure à l’eau-forte par Nicolas Chevallier, d’après René Charpantier :

La planche est sous-titrée d’inscription latine : « An Iovis an Martis non haec est Regis Imago ; / Qui Iovis et Martis numen et omen habet. / Ludovico Magno / Regi Christianissimo, Haereseos Exstirpatori, hostiumque Terrori, /Statuam hanc ex animi Significatione memoris dicavit/ Antonius Bagniera Romanus Regiae Musices alumnus, /Anno Domini M.D.C.C.IV / In sculpsit Poultier sculptor Regius. »

Que nous pourrons (grossièrement) traduire ainsi : « Si cette représentation du roi n’est pas Jupiter, ou Mars ; comment a-t-elle de Jupiter et de Mars la volonté et le présage? À Louis Le Grand, roi très-chrétien, Exterminateur des hérétiques et Terreur des ennemis, le romain Antonio Bagniera, disciple de la musique du roi, dédia cette statue en manifestation de son esprit qui se souvient, en l’an 1704, sculptée par Poultier, sculpteur du roi. »

Louis XIV, revêtu d’une cuirasse et d’un habit à la romaine, s’appuie sur un gourdin, rappelant alors volontiers Hercule. Il piétine le cadavre d’un dragon qui semble avoir deux têtes (nouvelle Hydre de Lerne ?). Fier et victorieux, le roi héros a terrassé ses ennemis !

Antonio Bagniera commanda cette statue à un sculpteur reconnu, Jean-Baptiste Poultier (1653-1719) : membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture depuis 1684, protégé de Charles Lebrun, il réalisa notamment en 1688 une statue de Cérès pour le parc de Versailles (encore visible aujourd’hui) et au début du siècle suivant deux statues monumentales pour la chapelle de Versailles.

Cérès, ou l’Eté, dans les jardins du Château de Versailles.

Il existe au moins deux autres statues pédestres de Louis XIV reposant sur un programme relativement proche. La première, signée Gilles Guérin et sculptée dans le marbre, représente le roi foulant aux pieds la Rébellion (la Fronde), commandée en 1653 et installée à l’hôtel de ville de Paris le 23 juin 1654 (elle fut par la suite remplacée en 1687 par la statue d’Antoine Coyzevox aujourd’hui conservée au musée Carnavalet). L’œuvre est aujourd’hui conservée dans le parc du château de Chantilly.

Statue en marbre, Gilles Guérin, Chantilly, parc du château – https://www.musee-conde.fr/fr/notice/oa-4239-louis-xiv-terrassant-la-fronde-ad6bf661-a24a-4156-b0f6-47dda7edb9fd
Modèle en terre cuite (Hauteur : 0,535 m), Gilles Guérin, 1653, Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes, RF 4742 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010095623

La seconde est une statue colossale en marbre, signée Louis Le Conte, commandée en 1685 par Charles du Boisguérin, valet de chambre du roi. Louis XIV y est représenté foulant aux pieds l’Hérésie. La statue n’est malheureusement pas parvenue jusqu’à nous, mais sa composition subsiste néanmoins par l’intermédiaire d’une estampe.

Estampe, gravée par Cornelis Vermeulen, d’après un dessin de Louis de Boullogne – Paris, BNF, département des estampes et de la photographie.

Une thématique qui inspirera également le sculpteur nancéen Jacob Sigibert Adam (1670-1747) dont un modèle en terre cuite fut récemment présenté chez Drouot.

Modèle en terre cuite, Jacob Sigisbert Adam – https://sculptureetcollection.com/ventes/louis-xiv-foulant-lheresie/

***

Patrick Barbier semble vouloir impliquer Carli, Nardi et Santoni dans cette décision d’installer une statue du roi. Nous n’avons aucune preuve de cela. Au contraire, si concertation il y eut, ce fut plutôt entre Bagniera et Chabanceau. Bagniera est encore le seul et unique propriétaire et les trois jeunes italiens ne sont a priori pour le moment que de simples invités. Ce serait vouloir trop anticiper sur la suite.

En effet, à cette époque, si Bagniera a déjà considérablement agrandi son terrain, par divers rachats auprès de ses voisins, la propriété ne comprend encore, selon toute vraisemblance, que le pavillon construit par Pierre Chabanceau de la Barre en 1691 (devis en mai) et dont il a immédiatement fait don à Bagniera (juillet). Il est difficile d’estimer à partir de quand exactement la propriété de Montreuil devint un lieu d’habitation pour Bagniera tout d’abord, et pour ses amis italiens. Nous manquons d’éléments probants pour être parfaitement catégoriques, ignorant totalement où vivaient les castrats de la chapelle en 1704, mais il semblerait que le pavillon de Montreuil ne soit pas encore qu’un lieu de détente occasionnelle.

En janvier 1708, lorsque Bagniera retournera chez le notaire avec Chabanceau pour valider la donation qu’il avait oublié de faire enregistrer, il ne sera en effet mentionné qu’« un corps de logis en pavillon ». Au moins de juin suivant, au moment de la donation de Bagniera à ses amis Carli, Nardi et Santoni, il sera cette fois-ci fait mention d’autres bâtiments (« une maison, cour et jardins, clos et fermés de murs avec ses appartenances et dépendances »), peut-être construits dans l’intervalle ou bien avant janvier 1708, même si non mentionnés (« des constructions qu’il a fait faire de partie des bâtiments et clôture »). Quoi qu’il en soit, l’agrandissement de la maison (ou pavillon ?) en tant que telle semble plutôt intervenir après juin 1708, grâce à des moyens financiers plus importants, via la participation des trois nouveaux intéressés : « Cette donation faite à la charge par lesdits sieurs donataires de contribuer pour leurs portions au payement cours et continuation des rentes foncières portées sur lesdits baux à rente desdits héritages, et des cens et droits seigneuriaux […] aux grosses et menues réparations annuelles et entretiens des maison, bâtiments et jardins ».

L’installation d’une statue du roi dans son jardin, et plus encore la cérémonie qui l’encadre, témoignent de la part de Bagniera d’un très fort sentiment d’appartenance au royaume de France. Il n’est pas encore naturalisé français (il lui faudra attendre 1720), mais il est visiblement épris d’une vive reconnaissance à l’égard de Louis XIV et d’un fort attachement. Si l’on porte attention à son texte, la cérémonie prend des accents patriotiques, exprimant le vœu d’une victoire française !

***

Sources :

Divertissement pour la cérémonie de la découverte de la statue
du roy, posée dans le jardin du signor Antonio Bagniera à
Versailles
, 1704 – BNF, imprimé (RES-YF-2007). Disponible sur Gallica.

Vente 7 juillet 1748, Carly & Ridolfy à de Gournay (AD78, 3E47 71).

Vente 30 novembre 1759, Anne Larcher, comtesse d’Argenson (AN, MC/ET/LXXXIX/588).

Bibliographie :

Patrick Barbier, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998.

Brève de recherche [1] : Poitiers

Nous étions ce vendredi 3 mars de passage à Poitiers, pour consulter les Archives d’Argenson, conservées depuis 1975 par le Fonds ancien des Bibliothèques de l’université de Poitiers. Quelle relation peut-il y avoir entre la famille d’Argenson et les castrats italiens ?

Madame la comtesse d’Argenson, peinte par Jean-Marc Nattier, en 1743 – collection particulière.

Le 29 avril 1751, Anne Larcher, comtesse d’Argenson, épouse séparée du ministre de la Guerre de Louis XV, fait l’acquisition d’« une maison, cour et jardin, vulgairement appelée la maison des Italiens, située au grand Montreuil, près Versailles » (acte de vente passé par-devant Me Antoine François DOYEN, notaire à Paris, étude CXV).

Archives nationales, Paris : MC/ET/CXV/591

Cette « maison des Italiens » n’est autre que la demeure progressivement édifiée par le castrat Antonio Bagniera et ses acolytes de la chapelle du roi au début du siècle.

En 1748, Bagniera, Giuseppe Nardi et Filippo Santoni sont décédés. Tomaso Carli et Antonio Ridolfi vivent encore, mais n’habitent plus la propriété et décident de s’en séparer. Le contrat de vente est établi le 7 juillet devant Me Malfillâtre à Versailles et François-Eustache de Gournay, écuyer, conseiller du roi, commissaire des Guerres, homme de confiance du comte d’Argenson, en devient le nouveau propriétaire.

AD78, étude Tessier, 3E47 71 – 7 juillet 1748 – détail des signatures apposées en fin de contrat : Tomaso Carlÿ, Antonio Ridolfi et François Eustache de Gournay.

De Gournay n’eut pas le loisir d’y résider très longtemps : notamment retenu par ses obligations en Afrique du Nord, il cèdera la demeure à la comtesse d’Argenson moins de trois ans plus tard, trouvant « là le moyen de se rendre agréable à l’épouse de son ministre » (Philippe Cachau, p.8).

L’achat de cette propriété par la comtesse d’Argenson établissait un lien, certes ténu, mais néanmoins possible avec les castrats de la chapelle du roi. N’aurait-elle pu évoquer dans sa correspondance les précédents propriétaires ? Sa présence à la cour aurait pu lui donner l’occasion de les entendre lors d’un office à la chapelle… Telles étaient nos attentes en allant consulter les archives de la famille d’Argenson.

L’inventaire du fonds nous a ainsi révélé l’existence de 26 lettres écrites par la comtesse à son mari, Marc-Pierre de Voyer de Paulmy. La séparation de corps entre les deux époux, intervenue très tôt dans leur vie conjugale, explique en grande partie ce faible nombre de missives conservées. Compte tenu de cette séparation, les archives de la comtesse n’ont évidemment pas été associées à celles de la famille de son époux (peut-être existent-elles encore, mais rien n’est avéré).

C’est bien peu, mais ces quelques lettres ont néanmoins le mérite d’exister et il fallait se risquer à y jeter un œil. La comtesse évoque d’ailleurs par deux fois sa maison de Montreuil, mais de manière malheureusement fort succincte et sans aucun lien avec nos castrats italiens.

Le 19 janvier 1759 (lettre n°20), la comtesse écrit ainsi : « lorsque je fis bâtir la petite maison de mon loisir »[1] et plus loin « n’ayant point encore vendue cette malheureuse maison ». Le 11 août 1759 (lettre n°21), on peut également lire « ce temps-ci n’accélère pas la vente de la maison ».

La piste des Archives d’Argenson s’est avérée une impasse. Mais la recherche autour des castrats de la Chapelle du roi continue…

La maison des Italiens, telle que remaniée par la Comtesse d’Argenson dans les années 1750.
Crédit photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Versailles_Maison_des_musiciens_italiens_2011_15.jpg

Nous remercions vivement Anne-Sophie Traineau-Durozoy, conservatrice du Fonds ancien, pour son accueil chaleureux et sa disponibilité.


[1] Il n’est pas interdit de lire ici « petite maison » dans son sens galant, la comtesse y ayant certainement abrité ses amours avec M. de Valfons ; cf. Philippe Cachau, p.32.

Sources :

Archives nationales, Paris (75), MC/ET/CXV/591 : 29 avril 1751, vente De Gournay-Larcher, d’Argenson.

Archives départementales, Montigny-le-Bretonneux (78), 3E47 71 : 7 juillet 1748, vente Carli & Ridolfi-De Gournay.

Correspondance de la comtesse d’Argenson, P16, Bibliothèques de l’université de Poitiers, Archives d’Argenson.

Bibliographie :

Sur la maison des italiens :

Suzanne MERCET, « Études de topographie de Versailles. La Maison des Italiens au grand Montreuil », in Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1926, 3e article, p. 245-258.

Philippe CACHAU, « La Maison des castrats italiens du roi à Montreuil. Mythes et réalités », in Cahiers Philidor 35, éditions du Centre de Musique Baroque de Versailles, décembre 2008.

Patrick BARBIER, La Maison des Italiens. Les Castrats à Versailles, Paris, Grasset, 1998.

Sur les archives d’Argenson :

https://bu.univ-poitiers.fr/collections-remarquables-v2/les-archives-dargenson/

https://cahiersforell.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1067

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search