Brève de recherche [4] : Réminiscences autour d’Antonio Bagniera

À partir de l’année 1768, les trois Frères Bêche, ordinaires de la musique de la chapelle, commencent à rédiger des notes sur l’histoire et le fonctionnement de la musique de la Chapelle du roi, ajoutant parfois quelques anecdotes sur leurs collègues ou prédécesseurs, comme c’est le cas pour Antonio Bagniera.

Partie haute du folio 94 du manuscrit des Frères Bêche (Recherches a faire de differentes // notes historiques sur la musique // de la chapelle et chambre de nos // roys depuis clovis jusques a la // reunion des deux cours en 1762) – BNF, Rés. F 1661

« Le Sr Antonio était né en Suisse en 1638 [1]. Son père vint en France peu de temps après pour occuper une place de suisse. Ledit père ayant trouvé occasion de faire entendre son fils possesseur d’une très belle voix de dessus, aux maîtres de musique de la chapelle. Il fut accepté pour être page à ladite chapelle. Il y a des enfants qui ont très tardifs à entrer dans l’âge de puberté qui est celui où les enfants muent et changent de voix. Le sieur Antonio fut un de ceux-ci, et eut le temps de réfléchir sur la perte qu’il allait faire de sa magnifique voix et par conséquent de son état de musicien il prit le parti en brave capitaine d’aller à Paris chez un de ses cousins germain qui était chirurgien. Et le pria de lui faire l’opération de la castration. Ce dit cousin eut toutes les peines du monde à se défendre à lui accorder sa demande. Mais enfin le Sr Antonio lui ayant ôté toute crainte en lui promettant de ne jamais révéler que c’était lui, il y consentit, lui fit ladite opération à laquelle, par le plus grand bonheur, il réussit à merveille. On était tout étonné à la cour de ce que le Sr Antonio ne muait point, et que sa voix était toujours de plus belle en plus belle. On regardait cela comme un phénomène. La chose fut entièrement ignorée pendant plusieurs années, mais à la fin il se vendit lui-même. Le roi ayant appris cela en fut indigné et parla au Sr Antonio en termes très durs. Ledit Antonio supplia sa majesté de ne point le forcer à révéler le nom de chirurgien disant qu’il lui avait juré sur ce qu’il y a de plus sacré de garder le plus profond secret de peur qu’il ne lui en mésarriva. Orsus, tu fais bien lui dit le roi, car si je savais le nom du chirurgien, je le ferais pendre. Il lui dit ensuite qu’il le chassait de sa musique pour avoir pris un tel parti. Le capitaine des gardes qui suit le roi jusques dans son appartement demanda grâce pour lui en représentant que le Sr Antonio avait fait cela comptant plaire à sa majesté. Il eut toutes les peines du monde à l’obtenir. Mais enfin le roi céda à cette dernière raison. Et le Sr Antonio a été musicien du roi à la chapelle jusques à sa mort arrivée en 1740 [2] à Montreuil dans La maison des italiens dont il est parlé à la page … Le Sr Antonio a toujours vécu et est mort comme un véritable saint. Plus de cent musiciens 60 musiciens 40 musiciens qui existent encore aujourd’hui lui ont entendu dire et attester tout ce qui est antérieur à sa mort, rapporté dans ce présent recueil d’anecdotes… et les excellentes mœurs que l’on lui a connu[es] empêchent de révoquer en doute qu’il fut capable de dire autre chose que la vérité.

Ce respectable homme était doué de la figure la plus grotesque qu’on puisse s’imaginer. Sa taille n’était tout au plus que de quatre pieds de haut [équivalent à 1m30 environ]. Il était bossu par derrière et par devant, il avait les deux jambes toutes tortues et bancroches [3], le nez et le menton d’une longueur démesurée et qui se touchaient presque l’un et l’autre. Le moindre de ces défauts de nature, ci-dessus mentionnés, auraient dû l’empêcher d’être reçu page à la chapelle. Mais on passa par-dessus tout cela à cause du prodigieux volume et de l’extrême beauté de sa voix. En effet, elle était si belle, si grande et si naturelle que l’on a remarqué peu de temps avant qu’il meure à l’âge de 102 ans [4], que lorsqu’il parlait, le son de sa voix était plus beau et plus volumineux encore qu’autre voix d’italiens ni de femme que l’on ait entendu jusques à présent. »

[1] Antonio Bagniera serait plutôt né aux alentours de 1651 et non pas en Suisse, mais en Italie (Turin ou Rome).

[2] Bêche se trompe, Antonio Bagniera est mort le 15 avril 1741 (cf. son acte d’inhumation ci-dessous).

[3] CNRTL, s.v. “tortue” « Qui est à la fois tordu et courbe, qui a une conformation irrégulière » ; s.v. “bancroche” désigne un « homme bossu, difforme », « qui a les jambes tordues ».

[4] Son acte d’inhumation indique qu’il était âgé d’environ 90 ans.

Acte d’inhumation, dressé le 16 avril 1741 par le clergé de la paroisse de Saint-Symphorien à Montreuil. On reconnaîtra notamment la signature de Francisque La Fornara en bas à droite.

***

Antonio Bagniera, un être monstrueux ?

Jean-Benjamin de La Borde, dans son Essai sur la musique ancienne et moderne, insiste lui aussi sur la difformité physique de Bagniera  : « Cet enfant, quoique laid & contrefait, était doué d’une des plus belles voix de dessus qu’il y ait peut-être jamais eu. Ayant appris la musique, sa réputation lui procura bientôt l’honneur d’être entendu d’Anne d’Autriche, mère de Louis XIV. Cette princesse le prit en affection & l’honora de ses bontés. Comme il était d’une très petite stature, la Reine dans ses concerts ordonnait qu’on dressât une table sur laquelle on plaçait Bannieri, pour qu’il pût mieux se faire entendre » (p. 493-494). On remarquera que son aspect “monstrueux” précède apparemment la castration.

Dans son ouvrage La Maison des Italiens, Patrick Barbier écrit à propos du choix de Bagniera :

« Antonio Bagniera ne craignait pas seulement de perdre cette voix enchanteresse ; il comprenait trop bien quels risques il encourait de renoncer à son emploi et à la considération qui s’y rattachait. Les raisons de recourir à un tel acte étaient doubles. Non seulement il avait été, depuis son enfance, comblé de bontés par Anne d’Autriche, ce qu’il ne pouvait se résigner à abandonner, mais il savait de surcroît que sa petite taille et son physique disgracieux ne lui permettraient pas de réussir autrement qu’à travers une voix hors norme » (p.95).

On peut effectivement se demander si la position de Bagniera était véritablement en danger, sans avoir recours à la castration. Son physique contrefait aurait-il pu l’empêcher d’entrer à la chapelle du roi ? Était-il véritablement nécessaire de se fabriquer une voix exceptionnelle, par un acte jugé “monstrueux” par les Français, pour contrebalancer sa difformité physique? En quoi l’apparence physique serait-elle si importante pour chanter la louange divine ? Serait-ce, dans l’imaginaire des XVIIe et XVIIIe siècles français, parce que Dieu a fait l’homme à son image ?

« Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu. » (La Bible, Genèse, I,27)

Détail “La création d’Adam”, Michelangelo, Chapelle Sixtine, Vatican.

Il est vrai que lorsque Jean-Louis Bêche présente en 1795 un projet pour l’établissement d’une école libre de musique à Versailles, il insiste sur le fait que « les enfants que l’on destine à cet art [la musique] doivent être sains, sans défaut dans leur physique » (Paris, BNF, dép. Musique, Rés. 2394 ; cité par Denis Herlin, Catalogue du fonds musical de la Bibliothèque de Versailles, Paris, Klincksieck, 1995, p. xvii). Mais plus d’un siècle le sépare alors du destin d’Antonio Bagniera.

Le cas de Bagniera est particulièrement fascinant : hors normes de par son corps et de par sa voix, il illustre le cliché oxymorique de l’être “mi-démon, mi-ange”, dont la monstruosité physique se voit transfigurer par son timbre. Absolument autre, éminemment différent, il incarne pour ainsi dire le parangon du castrat, dont la “création” se voit elle-même entourée du halo d’un récit légendaire, traversant les générations. (Pour cela même, il n’est pas impossible que l’insistance portée sur sa difformité physique ait aussi pour objet d’accentuer de façon rhétorique, par un jeu de contraste, la splendeur de sa voix.) « Le Sr Antonio a toujours vécu et est mort comme un véritable saint », écrivent les Frères Bêche.

Bagniera était-il suisse, turinois ou romain ?

Ses lettres de naturalité, signées par le roi à Paris le 2 juin 1720, indiquent une origine turinoise et soulignent quatre décennie au service du roi : « notre cher et bien aimé Antoine Bagniera, natif de Thurin (sic) en Savoie, fils de Maurice Bagniera et de Marguerite Carmentran, ses père et mère, faisant profession  de la religion catholique apostolique et romaine, nous a fait remontrer qu’il s’est habitué depuis 44 ans en France attaché au service du roi défunt notre très honoré seigneur et bisaïeul de glorieuse mémoire dans sa musique et qu’il nous rend ses services en la même qualité depuis notre avènement à la couronne et désirant demeurer en notre royaume et y finir ses jours comme un de nos naturels sujets et régnicoles ».

Lettres de naturalité, signées à Paris le 2 juin 1720 par le roi.

Les racines italiennes de Bagniera demeurent toutefois sujettes à un certain flottement. Une entrée au sein d’un registre du secrétariat de la Maison du roi (aujourd’hui coté O/1/24) semble vouloir donner raison à Jean-Benjamin La Borde lorsqu’il écrivait dans son Essai sur la musique ancienne et moderne « Bannieri (Antonio), né à Rome vers l’année 1638, fut amené très jeune en France, par son père né en Suisse » (vol.3, p. 493). Y sont en effet mentionnées des « lettres de naturalité pour Jean Antoine Bagnera, ordinaire de la musique du roi, natif de la ville de Rome, faisant profession de la R.C.A. et R. [religion catholique apostolique et romaine] à St Germain au mois de juillet 1680 » (folio 195). En dépit de la non-concordance entre Turin et Rome (peut-être est-ce une simple erreur de la part du clerc), la liaison faite avec le corps de la Musique du roi ne laisse aucun doute sur le fait que l’individu en question soit nécessairement Bagniera (il n’y a qu’un seul et unique Bagniera à la chapelle du roi, a fortiori en 1680).

 En 1680, Bagniera approche de ses quarante ans. Il a vraisemblablement déjà vécu trois décennies dans le royaume de France (nous ignorons malheureusement quel fut son parcours avant sa réception à la chapelle en 1676)[5]. La naturalisation, en ce qu’elle donne accès à des droits, s’apparente à une récompense. Que Louis XIV ait pu envisager dès 1680 de faire de Bagniera l’un de ses sujets suggère deux choses : d’une part sa satisfaction pour son musicien, d’autre part une bonne intégration de la part de ce dernier. Bagniera sert depuis déjà quatre ans dans la chapelle du roi et a peut-être contribué à accueillir les cinq jeunes italiens qui ont intégré la chapelle au commencement de l’année de 1680 (les castrats Favalli, Carli, Nardi et Ramponi et le haute-contre Santoni) .  Il est également possible d’envisager que la demande de naturalisation soit le fait de Bagniera lui-même, manifestant plus encore son propre désir d’intégration.

Un tel document ne nous est néanmoins pas parvenu[6] et semble dès lors suggérer que le projet de naturalisation a finalement été avorté, sans qu’on en connaisse la raison. Bagniera n’obtiendra finalement sa naturalisation que quarante ans plus tard, en juin 1720, en même temps que quatre de ces jeunes collègues : il aura alors près de 70 ans.

[5] Patrick Barbier considère que Bagniera « avait échappé au renvoi de France », La Maison des Italiens, p. 96. Le récit des Frères Bêche est malheureusement dépourvu de repères temporels précis.

[6] Voir O/1/218.

***

Sources :

  • Frères Bêche, « Recherches a faire de differentes // notes historiques sur la musique // de la chapelle et chambre de nos // roys depuis clovis jusques a la // reunion des deux cours en 1762 », manuscrit, BNF, Rés. F 1661.

Lien vers le catalogue : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb458308878

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search